•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce que l’on sait sur le meurtre d’Ophélie Martin-Cyr et la voiture incendiée

Tableau avec les visages d'Ophélie Martin-Cyr, René Kègle, Francis Martel et Steve Lamy
Le point sur les circonstances entourant les meurtres survenus à Yamachiche et Trois-Rivières Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Il y a plus d'une semaine que le corps sans vie d'Ophélie Martin-Cyr a été trouvé dans un champ à Yamachiche et qu'une voiture incendiée avec deux corps à l'intérieur a été découverte à Trois-Rivières. Le point sur ce que l'on sait au sujet de ces meurtres.

D’après les informations de Maude Montembeault

Pour l’instant, le seul lien connu entre le meurtre de la jeune femme de 19 ans et les corps calcinés dans la voiture est que les crimes auraient été commis pour la même raison : des dettes d’argent.

L’enquête, qui comporte deux volets, est complexe et progresse lentement.

Maude Montembeault fait le point sur le meurtre d'Ophélie Martin-Cyr et les deux corps découverts dans une voiture incendiée

Volet 1 : le meurtre d’Ophélie Martin-Cyr

Tout aurait commencé par une histoire de vol.

Dans les heures précédant le meurtre d'Ophélie Martin-Cyr, un groupe de jeunes aurait commis un vol. Ophélie aurait été au courant des détails de ce délit, selon nos sources.

René Kègle était donc aux trousses de ces jeunes dans la soirée du 9 au 10 octobre.

Il aurait eu l’aide d’un complice, Francis Martel, avec qui il serait allé à la rencontre d'Ophélie pour lui soutirer des informations.

Ophélie Martin-Cyr se trouvait alors en compagnie d'une amie.

La voiture de Francis Martel, une Jeep, aurait été utilisée pour se rendre dans le champ de Yamachiche, où la femme de 19 ans aurait été tuée par balles.

C'est par la fenêtre de cette voiture que l'amie d'Ophélie, âgée de 21 ans, aurait réussi à sauter pour échapper à ses ravisseurs.

Le 10 octobre au matin, un passant découvrait le corps de la jeune femme dans un champ. Son amie s’est retrouvée à l’hôpital pour y soigner des blessures sérieuses.

Volet 2 : la voiture incendiée

L’incendie de la voiture trouvée sur le chemin Bradley dans le secteur Sainte-Marthe-du-Cap, à Trois-Rivières, aurait eu lieu avant le meurtre de la jeune femme de 19 ans.

La voiture a été découverte le 10 octobre, soit le même jour que la découverte du corps d’Ophélie Martin-Cyr. Deux corps calcinés se trouvaient à l'intérieur.

Steve Lamy, ex-entrepreneur en construction connu dans la région, serait l'une des deux victimes.

Sa famille s'est adressée aux médias dans les derniers jours pour signaler qu’il manquait à l’appel et pour faire part de son inquiétude.

L'identité de l’autre victime demeure inconnue.

Il s'agirait d'un homme et on ignore son lien avec Steve Lamy. Il pourrait n'y en avoir aucun.

Ce pan d’enquête semble plus avancé que celui sur le meurtre de la jeune femme.

Deux suspects arrêtés

Francis Martel et René Kègle ont été arrêtés et formellement accusés du meurtre prémédités d'Ophélie Martin-Cyr.Francis Martel et René Kègle ont été arrêtés et formellement accusés du meurtre prémédité d'Ophélie Martin-Cyr. Photo : Radio-Canada

Rappelons que la police a arrêté deux hommes, René Kègle et Francis Martel, dans la soirée du 11 octobre.

René Kègle a été accusé du meurtre au premier degré d'Ophélie Martin-Cyr et de tentative de meurtre sur une deuxième jeune femme âgée de 21 ans, sur qui il aurait déchargé son arme à autorisation restreinte.

Francis Martel est aussi accusé de meurtre au premier degré et de complicité après le fait.

Aucune accusation n'a encore été portée relativement à la découverte de la voiture incendiée dans le secteur de Sainte-Marthe-du-Cap, situé à 40 kilomètres de Yamachiche.

Un ruban blanc pour les funérailles d’Ophélie

Ophélie Martin-Cyr contre un arbre, dans la natureOphélie Martin-Cyr a été victime d'un meurtre à l'âge de 19 ans. Photo : Facebook

Les funérailles d'Ophélie Martin-Cyr auront lieu dimanche.

La famille demande à ceux qui participeront aux funérailles de porter un ruban blanc.

Pour être solidaire envers les femmes étant victimes de violence, le port du ruban blanc serait de mise lors de votre visite au salon, peut-on lire sur l’avis de décès.

La famille invite aussi le public à faire un don à la Fondation Le FAR qui vient en aide aux femmes et enfants victimes de violence.

Pour joindre la journaliste Maude Montembeault :

maude.montembeault@radio-canada.ca

819 269-0529

Justice et faits divers