•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui est MarieChantal Chassé, nouvelle ministre de l'Environnement du Québec?

La nouvelle ministre de l'Environnement du Québec MarieChantal Chassé, lors de son assermentation.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

Radio-Canada

Elle rêve de posséder son jet privé, mais critique, dans un nouveau livre, la croissance économique effrénée. MarieChantal Chassé, qui n'a aucun bagage en environnement, incarne à elle seule les défis du nouveau gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) pour redorer son image et répondre aux exigences de la population quant aux changements climatiques.

Un texte de Thomas Gerbet (Nouvelle fenêtre)

MarieChantal Chassé fait partie des entrepreneurs du gouvernement Legault. PDG de deux compagnies aéronautiques, l'une au Canada et l'autre aux États-Unis, la femme d'affaires de 51 ans, ingénieure, n'était pas pressentie pour le poste de ministre de l'Environnement.

« C'est une surprise », mentionne le chef du bureau parlementaire de Radio-Canada à l'Assemblée nationale, Sébastien Bovet.

Mise à jour

Le premier ministre François Legault a annoncé le 8 janvier 2019 le remplacement de Mme Chassé au poste de ministre de l'Environnement par le député Benoit Charette.

D'autres noms avaient plutôt circulé, comme celui de Jean-François Simard, ancien ministre délégué à l’Environnement et à l’Eau, dans le gouvernement de Bernard Landry, ou bien celui de Richard Campeau, directeur du comité environnement de la Coalition avenir Québec et expert en matière de gestion environnementale et de développement durable.

« C'est un peu un talon d'Achille pour la CAQ, croit Sébastien Bovet, puisqu'elle devra défendre la position du parti sur l'environnement. »

Le ministre de l'Environnement, à l'intérieur d'un Conseil des ministres, c'est un empêcheur de tourner en rond. C'est toujours celui qui demande si les projets de développement économique respectent l'environnement.

Sébastien Bovet, chef du bureau parlementaire de Radio-Canada à l'Assemblée nationale

Critique du dogme de la croissance économique

Couverture du livre de MarieChantal Chassé, paru le 3 octobre 2018.

Couverture du livre de MarieChantal Chassé, paru le 3 octobre 2018.

Photo : Editions La Semaine

Pour mieux connaître MarieChantal Chassé, il faut lire son livre publié deux jours après l'élection, le 3 octobre. Intitulé Pourquoi mon patron est aussi chiant?, l'ouvrage prend la forme d'une autobiographie, parsemée de conseils donnés par une patronne à d'autres patrons.

Elle appelle les entrepreneurs et les chefs d'entreprise à résister au « dogme de la croissance incessante ». Elle dénonce que, « dans cette ère obsédée par la croissance économique, il n'y en a que pour les profits ».

Dès le chapitre 1 de son livre, MarieChantal Chassé cite le philosophe écologiste Pierre Rabhi : « Il est urgent de placer l'humain et la nature au coeur de nos préoccupations, et l'économie à leur service. S'obstiner à maintenir le profit illimité et la croissance indéfinie comme fondement de l'ordre mondial est totalement suicidaire. »

La nouvelle ministre raconte dans son livre la faillite qu'elle a vécue, il y a une quinzaine d'années, et les huissiers qui sonnent à la porte. C'est à cette période que, par nécessité, elle se « désencombre du superflu ». Elle emprunte des vêtements, trouve des coiffeurs qui coupent les cheveux pour 10 $... « On accumule, on se crée des habitudes et des besoins qui nous semblent ensuite essentiels », regrette-t-elle.

Dans le même temps, le soir de sa victoire, la nouvelle députée de Châteauguay, qui a délogé le libéral Pierre Moreau, a promis de faire du développement économique sa « priorité » pour la circonscription.

En 2017, lors d'une entrevue donnée au blogue Genium 360, destiné aux ingénieurs, MarieChantal Chassé parle de ses inspirations – Dominique Anglade, Véronique Cloutier, Oprah Winfrey et Hillary Clinton – et elle appelle les jeunes filles à rêver grand, comme elle.

« Je me laisse aller à ce rêve glorieux d'un avion privé pour multiplier mes allées et venues par la voie des airs et à ce rêve tout simple de retourner auprès des miens en un instant pour un souper de famille tous les soirs. »

MarieChantal Chassé a trois filles et deux belles-filles, d'une seconde union. Elle vit à Mont-Saint-Hilaire, mais travaille à Saint-Hubert, où elle a fondé JMJ Aéronautique.

L'entreprise d'une cinquantaine d'employés n'est qu'une partie du travail de cette femme qui se définit comme « hyperactive ». Elle participe aussi à l'incubateur de l'École de technologie supérieure (ETS) et fait la promotion du partage des ressources entre les organisations, à l'intérieur d'un OBNL qu'elle a créé.

Auparavant, MarieChantal Chassé a été, entre autres, directrice de qualité dans une usine d'aluminium d'Alcan. Ingénieure en matériaux, elle est diplômée de Polytechnique, où elle étudiait en 1989, à l'époque de la tuerie.

François Legault s'engage envers la protection de l'environnement

Des élus assis qui applaudissent.

Les membres du Conseil des ministres de François Legault ont été assermentés le 18 octobre.

Photo : The Canadian Press / Jacques Boissinot

Critiqué au cours de la campagne en raison du faible nombre de promesses en environnement, le premier ministre François Legault a profité de son discours d'assermentation pour affirmer que son parti avait « une sincère préoccupation pour les défis environnementaux ».

« On a bien reçu le message de la population, a dit M. Legault. On doit en faire plus pour lutter contre le réchauffement climatique. » Et tout en appelant le nom de sa nouvelle ministre, il a ajouté : « On va y travailler, à notre façon, de façon pragmatique en obtenant des résultats. »

Les groupes environnementaux souhaitent bonne chance à la nouvelle ministre

Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace.

Patrick Bonin

Photo : Radio-Canada

Les groupes écologistes du Québec ont à peu près tous salué la nouvelle ministre de l'Environnement. La Société pour la nature et les parcs du Québec lui offre, par exemple, « toute sa collaboration pour l'aider à faire face aux deux grands enjeux environnementaux, la lutte [contre les] changements climatiques et la protection de la biodiversité ».

De son côté, Équiterre se dit « heureux » de la nomination de MarieChantal Chassé. « Elle est, de toute évidence, une femme ayant des réalisations impressionnantes, dit le directeur général de l'organisme, Sidney Ribaux. Nous n’avons pas une junior à ce poste. Je suis aussi encouragé par le maintien des mots "changements climatiques" dans son titre et les paroles du premier ministre. À mon avis, cela augure bien. »

Greenpeace se montre plus sceptique. « C’est tout un défi qui attend la nouvelle ministre, considérant qu’elle est une néophyte en environnement et que son parti a ignoré l’enjeu des changements climatiques », déclare Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie.

Politique provinciale

Politique