•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 100 000 $ pour un projet pilote à l’école Précieux-Sang

Autour d'une grande boîte noire comportant un clavier de boutons sur le dessus, sont rassemblés cinq jeunes élèves et deux adultes.
Les élèves de l'École Précieux-Sang, à Winnipeg, bénéficient d’une régie portative de plusieurs dizaines de milliers de dollars grâce au financement octroyé par le Centre de la francophonie des Amériques. Photo: Radio-Canada

Des élèves de l'École Précieux-Sang de Winnipeg, au Manitoba, se transformeront en véritables journalistes grâce à un projet pilote du Centre de la francophonie des Amériques visant à aider les jeunes à réaliser des projets liés au changement social.

« Je voudrais enlever les sacs de plastique des épiceries, ou au moins faire que ce soit biodégradable, parce qu’on va être sur cette planète pour longtemps », explique Lili Dupas, une élève de 8e année.

« On prend beaucoup d’eau avec les sables bitumineux, alors je voudrais aider pour qu’on puisse prendre moins d’eau », affirme pour sa part son camarade de classe, Sébastien Fréchette.

Une jeune enfant avec des cheveux bruns mi-longs parle en souriant au micro du journaliste.Lili Dupas, une élève de 8e année à l'École Précieux-Sang, voudrait réduire la quantité de plastique présente sur la planète. Photo : Radio-Canada

Les élèves de l’École Précieux-Sang ont déjà la tête pleine d’idées et la volonté de trouver des solutions à ce qui les préoccupe. Cette possibilité leur sera bientôt offerte grâce à un investissement de plus de 100 000 $ du Centre de la francophonie des Amériques, en partenariat avec la Division scolaire franco-manitobaine.

Un jeune garçon aux cheveux courts s'exprime au micro du journaliste.Sébastien Fréchette, élève de 8e année à l'École Précieux-Sang, s'intéresse à la problématique de la consommation d'eau. Photo : Radio-Canada

Le but du projet est de permettre aux élèves de la 6e à la 8e année d’utiliser des médias pour aborder des questions de société. Avec leur enseignant agissant comme guide, les élèves décideront en groupe du sujet à traiter, ils rencontreront des intervenants du milieu concerné, ils mèneront leurs propres recherches et produiront des émissions pour présenter le fruit de celles-ci.

Pour ce faire, ils bénéficient d’une régie portative d'une valeur de plusieurs dizaines de milliers de dollars que le financement a permis de payer.

« Je peux facilement voir nos jeunes embarquer là-dedans. Ça, c'est un outil qui va permettre aux jeunes de se connecter entre eux-mêmes, ce qui est très important parce qu’il faut le dire, nos jeunes vivent dans un milieu minoritaire », souligne Robert Loiselle, qui enseigne en 8e année.

Une école qui représente la diversité

Plusieurs facteurs ont poussé le Centre de la francophonie des Amériques à choisir l'École Précieux-Sang pour le projet pilote, mais la diversité a été un grand avantage pour cet établissement qui accueille des élèves provenant de plus d'une trentaine de pays différents.

Portrait d'une dame d'âge mûr aux cheveux mi-longs bruns foncés qui s'exprime. Carole Freynet-Gagné, membre du conseil d'administration du Centre de la francophonie des Amériques Photo : Radio-Canada

« Tu as des francophones, tu as des enfants de parents exogames, tu as des francophones qui ont vécu des situations très différentes », explique Carole Frenet-Gagné, l'une des membres du conseil d’administration du Centre de la francophonie des Amériques.

L'École Précieux-Sang est le seul établissement de langue française au Canada qui participe à ce projet pilote. L’objectif est de lancer des initiatives similaires dans plusieurs autres écoles des Amériques.

D’après les informations de Patrick Foucault

Manitoba

Éducation