•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au travail, « le cannabis, c'est comme l'alcool », rappelle une entreprise de Bellevue

Le reportage de Lise Ouangari

Une entreprise francophone de la petite communauté de Saint Isidore de Bellevue, en Saskatchewan, qui se trouve pourtant éloignée des points de vente de cannabis, a choisi d'ajuster sa politique interne.

Au moins 45 minutes de voiture séparent les résidents de Saint Isidore de Bellevue des points de vente de cannabis les plus proches.

Le propriétaire de l’entreprise de pois et lentilles Belle Pulses, Tony Gaudet, ne croit pas que la légalisation du cannabis aura des répercussions sur son entreprise. « On n’est pas inquiet », dit-il.

Tony Gaudet et Josée Bourgoin discutent dans un bureau de l'entreprise.L'entreprise Belle Pulses est établie à Bellevue depuis 1979 et à Duke Lake depuis 2016. Elle compte présentement 38 employés. Photo : Radio-Canada / Lise Ouangari

Toutefois, M. Gaudet préfère faire preuve de prudence en ajustant la politique interne de son entreprise.

« Nous on a mis une politique de tolérance zéro », explique Josée Bourgoin, une consultante en affaires à l’entreprise Belle Pulses. « Tu ne peux pas venir au travail sous l'influence de l'alcool, c'est pareil avec le cannabis, ce n'est pas parce que c'est légal que c'est permis au travail. »

On demande à nos employés de garder un esprit vif pour pouvoir prendre des décisions et faire le travail adéquatement.

Josée Bourgoin, consultante en affaires à l’entreprise Belle Pulses

« Il faut vraiment faire la juste mesure et comprendre les implications que ça peut avoir dans nos opérations qui sont très mécaniques. Il y a beaucoup d'équipements, il faut donc être vigilant au travail », a-t-elle ajouté.

Josée Bourgoin parle en entrevue. « Il faut que les employés comprennent les impacts qu'il peut y avoir avec l'utilisation de produits qui changent leur capacité à faire leur travail », affirme Josée Bourgoin. Photo : Radio-Canada

Les gérants de Belle Pulses suivront par ailleurs une formation pour apprendre à reconnaître les signes liés à la consommation du cannabis chez les employés.

Josée Bourgoin explique que l'adoption une telle politique est également importante pour la crédibilité de l’entreprise auprès des clients. « Pour nous, c'est une façon de montrer à notre clientèle qu'on est sérieux et responsable », explique-t-elle.

La consultante en affaires précise que les employés signeront cette semaine le document de la politique interne de l’entreprise pour confirmer qu'ils ont bien compris et que la politique a été lue.

Saskatchewan

Société