•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Imagine de John Lennon : un nouveau mixage meilleur que l’original

John Lennon en 1971
John Lennon en 1971 Photo: Getty Images / AFP/Getty Images
Radio-Canada

La nouvelle réédition de l'album Imagine, de John Lennon, dont l'original était paru le 9 septembre 1971, représente un événement musical. Il s'agit aussi d'un exemple à suivre pour une industrie du disque qui dépoussière trop souvent son catalogue avec paresse et, la plupart du temps, à un prix exorbitant. Cette fois-ci, tout y est, ou presque, pour nous faire redécouvrir comme jamais cet album rempli d'espoir, de colère, de jalousie et d'amour.

Un texte de Louis-Philippe Ouimet

L'album Imagine, de John Lennon, est passé à l'histoire pour sa chanson-titre, un hymne à la paix toujours d'actualité. Mais les neuf autres titres de cet opus en solo de l'ex-Beatle n'ont jamais vraiment obtenu la place qui leur revenait.

Pourtant, l'album Imagine ne se résume pas à l'histoire d'une chanson. It's So Hard, I Don't Wanna Be A Soldier Mama I Don't Wanna Die et How Do You Sleep constituent, aujourd’hui encore, une grande leçon de rock. Sur Jealous Guy, Oh My Love et How, Lennon met carrément ses tripes sur la table.

Oui, mais disons les vraies affaires, le producteur Phil Spector avait gâché certains enregistrements avec son « mur du son ». Par son mixage, il avait enterré la voix de Lennon, la guitare de George Harrison et la basse de Klaus Voorman.

Quarante-sept ans plus tard, on a détruit le mur érigé par Spector, et justice a été rendue. Imagine est plus qu'une chanson, c'est un album émouvant, le meilleur disque de John Lennon en solo.

Le mixage « ultime »

Yoko Ono, la veuve de John Lennon (qui a travaillé avec lui sur Imagine), a mandaté l'ingénieur de son Paul Hicks en vue d’un nouveau mixage, qu'elle a baptisé « ultime ».

Elle a exigé de lui trois choses : en rester aux enregistrements originaux, améliorer la sonorité de l'album, rendre la voix de John Lennon plus claire.

Paul Hicks a atteint les objectifs fixés, et bien plus encore. Le coup de poing arrive dès le début, avant même d'entendre John Lennon. Pour la première fois, la mélodie au piano de la chanson-titre qui ouvre l'album n'est pas enterrée par ce bruit de fond, omniprésent dans toutes les éditions précédentes.

Imagine est enfin entendue dans toute sa splendeur, et la voix de John Lennon nous hante comme jamais auparavant. Le bruit de fond et l'écho imposés par Phil Spector ont disparu comme par magie.

Autre exemple, sur la chanson It's So Hard. Le saxophone de King Curtis résonne comme jamais, percutant, appuyant solidement la voix et la guitare de Lennon.

La basse de Klaus Voorman retrouve sa juste place sur How Do You Sleep, et la guitare de George Harrison nous rappelle les belles années des Beatles sur Gimme Some Truth et sur l'introduction de Oh My Love. C'est sans compter que les orchestrations sont nettement mieux équilibrées. Il y a moins d'écho, moins de bruit et plus de John Lennon.

Il y a quelques semaines, le multi-instrumentiste Richard Reed Parry d'Arcade Fire me disait que les remixages des vieux albums étaient trop souvent malheureux, et je partageais son avis. Celui d'Imagine fait figure d'exception.

La totale

La vraie surprise est le coffret de quatre disques compacts et deux disques Blu-Ray. En plus du nouveau mixage, on y trouve une impressionnante quantité d'enregistrements inédits, de chansons parues en 45 tours et d'entrevues. Il y a même le mixage Quadrasonic réalisé lors de la sortie originale de l'album. Ajoutez à cela un livre de 119 pages, rempli d'informations sur les techniques d'enregistrement et sur ce qui a mené à la conception du disque.

Il s'agit là d'un festin pour les oreilles et du rêve ultime pour toute personne s'intéressant au processus de création musicale de Lennon. Il faudra compter près de six heures pour tout entendre. Les différents enregistrements de How Do You Sleep méritent plusieurs écoutes.

En plus de son remixage, Paul Hicks a décidé de nous présenter les originaux sans tous les effets ajoutés à l'époque. Le résultat s’avère stupéfiant. John Lennon s'invite dans notre salon. Sur Imagine, il inspire profondément comme s'il méditait avant de jouer les premières notes de la prise qui va servir à la version que nous connaissons tous. Pour How, sans les effets, on entend Lennon tourner la page de sa partition. Surprenant.

En studio avec John Lennon

Il y a aussi la portion Evolution, un montage de répétitions, de bavardage en studio, de courts extraits d'entrevues, où chaque chanson de l'album passe au peigne fin. Il s'agit d'une incursion dans l'œil du cyclone, où Yoko Ono prodigue ses conseils à John Lennon et où Phil Spector commente son travail.

On ne peut plus écouter l'album Imagine de la même façon après avoir découvert ce qui se passait en studio.

Bien sûr, les plus fervents admirateurs de l’artiste avaient déjà entendu sur différents enregistrements pirates (bootlegs) les pistes de travail de cet album. On considérait le disque intitulé Jealous Guy : The Imagine Sessions comme la référence en la matière.

Néanmoins, ce coffret est le travail de dépoussiérage qu'on attendait depuis longtemps. Dans toute cette quantité de matériel, il est parfois difficile de s'y retrouver. Imagine: The Ultimate Collection se présente comme une bête qu'il faut apprivoiser.

On aime beaucoup :

- Le nouveau mixage de Paul Hicks

- Les prises inédites (sur How Do You Sleep, prises 1, 2, 5 et 6)

- Les conversations en studio

On aime moins :

- On en aurait voulu encore plus

Imagine : The Ultimate Collection
Quatre disques compacts, deux disques Blu-Ray

Universal Music / Yoko Ono Lennon
Prix : environ 100 $
Cote : 4,5/5

Musique

Arts