•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le karaoké : une technologie réglée comme du papier à musique

    Allo Boubou, 18 octobre 1983
    Radio-Canada

    Phénomène mondial, le karaoké a aussi sa petite histoire au Québec. Il y a 35 ans, l'émission Allo Boubou présentait le premier appareil de karaoké commercialisé au Canada. Nos archives témoignent de la progression de cette invention japonaise au pays.

    Suivez-moi, on va aller faire un petit tour du côté de la machine qui va faire fureur! C’est moi qui vous le dis et je vous l’annonce en primeur sur le réseau français de Radio-Canada : tout le monde va vouloir avoir une machine comme ça à la maison, j’en suis certain!

    L'animateur Jacques Boulanger

    Voici comment le karaoké est introduit à l’émission Allo Boubou du 18 octobre 1983.

    Le directeur du marketing de Panasonic Canada, Conrad Kubiak, vient y présenter l’appareil fabriqué au Japon et qui fonctionne avec des cassettes.

    « Plutôt que d’assister de façon passive à la lecture de la cassette, chacune des personnes à la maison peut accompagner la musique en chantant », explique le représentant du géant japonais.

    Les pépins techniques se multiplient durant la démonstration, mais la bande sonore finit par démarrer. L’animateur Jacques Boulanger entonne la chanson C’est si bon. Son invité de chez Panasonic se joint à lui. L’effet micro est là.

    Ne manque plus qu'un écran pour afficher les paroles de la chanson.


    Une entreprise québécoise innovante

    En 1993, une entreprise du Québec se démarque dans le marché du karaoké.

    Conçu à Sainte-Foy, le logiciel Solf Karaoke permet de suivre sur un écran d’ordinateur les paroles d’une chanson choisie dans le catalogue.

    Le journaliste Pierre Tourangeau visite les bureaux de Tune 1000 pour le Téléjournal du 10 octobre 1993.

    L’entreprise québécoise compte 110 employés, dont de nombreux musiciens. Pour son logiciel de karaoké, elle a négocié les droits pour des centaines de chansons, de multiples genres et langues.

    En l’espace de quelques mois, 100 000 exemplaires du logiciel Solf Karaoke ont été vendus à travers le monde. L’entreprise Tune 1000 vise l'écoulement d'un million d’exemplaires par année.

    Moins de deux ans plus tard, il est une seconde fois question de Tune 1000 sur les ondes de Radio-Canada, cette fois à l’émission À tout prix du 21 février 1995.

    Dans cet extrait, la journaliste Catherine Kovacs parle d’une innovation amenée par l’entreprise québécoise. Son logiciel Soft Karaoke introduit une nouvelle technologie qui permet d’harmoniser notre voix avec la partition musicale. La trousse vendue aux consommateurs comprend un microphone, le programme informatique et plusieurs disquettes pour les chansons de l’heure.


    Non seulement les logiciels de karaoké facilitent-ils la vie des chanteurs du dimanche, mais on leur trouve aussi des vertus thérapeutiques.

    Au Téléjournal du 19 mars 1994, le journaliste Réal D’Amours s’intéresse à une initiative de musicothérapie dans un hôpital de Toronto.

    Dans l’aile des maladies chroniques à l’Hôpital Queen Elizabeth, des séances de karaoké sont utilisées comme outil thérapeutique avec les patients. Le but de l’expérience : leur permettre de se rassembler et surtout, de communiquer.

    Des patients qui avaient refusé d’autres types de musicothérapie se sont déclarés emballés par cette nouvelle technique qui a littéralement transformé l’atmosphère dans ce pavillon.

    Le journaliste Réal D’Amours

    Plus qu’outil de divertissement, le karaoké se révèle comme un remède à bien des maux. Cette initiative inspirante fera bien des petits.

    Trois décennies plus tard, l’engouement pour le karaoké ne se tarit pas, que ce soit dans les foyers pour personnes âgées, dans les hôpitaux ou dans les bars!

    Encore plus de nos archives




    Archives

    Techno