•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des noms en anglais pour 40 % des produits du cannabis de la SQDC

Le logo de la Société québécoise du cannabis sur fond vert avec plusieurs nom de produits en anglais comme Two-Ton Ban ou Great White Shark.

De nombreux produits vendus à la Société québécoise du cannabis ont des noms en anglais.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Qu'ont en commun les termes Great White Shark, Pink Kush et Plain Packaging Balanced? Ce sont tous des produits vendus dans les nouvelles succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) pour lesquels aucune démarche n'a été faite pour traduire les noms en français.

Un texte de Jonathan Lavoie

Sur les 68 produits offerts en ligne par la SQDC, 29 ont des noms indéniablement anglophones. Principalement, il s'agit du cannabis fourni à la SQDC par Aurora, Medreleaf et Aphria, des producteurs hors Québec.

« C'est une forme d'intoxication culturelle. Les effets secondaires de cette mise en marché avec des noms anglais, ce sera encore de pousser une plus forte américanisation et anglicisation du Québec », tranche sans hésiter le président du mouvement Impératif français, Jean-Paul Perreault.

Un étalage de produit du cannabis dans une succursale de la SQDC.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tant en ligne qu'en succursale, de nombreux noms de produits en anglais sont mis en évidence.

Photo : Radio-Canada

Il n'est pas tendre envers la SQDC qui, avec son monopole de vente au Québec, aurait facilement pu forcer ses fournisseurs à traduire les noms de leurs produits, selon lui.

« C'est regrettable, tout à fait déplorable surtout qu'il s'agit d'une société d'État, de voir qu'ils ont accordé si peu d'attention à l'environnement culturel du Québec », dénonce Jean-Paul Perreault.

La SQDC a un pouvoir de négociation incroyable et elle aurait dû l'utiliser auprès des fournisseurs.

Jean-Paul Perreault, président du mouvement Impératif français

Jean-Paul Perreault profite aussi de l'occasion pour saluer le travail des producteurs qui présentent leurs produits en français, avec des noms comme Mode avion, Lagune ou Cabaret.

La SQDC tentera « d'influencer ses fournisseurs »

À la SQDC, le porte-parole Mathieu Gaudreault, dans une réponse par courriel, affirme que la société d'État a dû travailler « rapidement afin de sécuriser ses approvisionnements auprès de six fournisseurs canadiens accrédités ».

Il ajoute que la SQDC est très « rigoureuse en matière d'affichage », mais que les noms de produits sont des marques de commerce choisies par les producteurs.

Mathieu Gaudreault assure que « la SQDC tentera d'influencer ses fournisseurs, présents et futurs, afin d'être en mesure de proposer à sa clientèle davantage de produits ayant des noms français ».

L'Office québécois de la langue française (OQLF), de son côté, n'est pas en mesure de statuer si les noms de produits en anglais enfreignent les dispositions de la Charte québécoise de la langue française.

L'organisme intervient sur la base des plaintes qu'elle reçoit et fera enquête si un citoyen dénonce l'étiquetage des produits vendus à la SQDC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Drogues et stupéfiants