•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

7 conseils pour écrire une bonne nouvelle

Enfant écrivant au tableau
Enfant écrivant au tableau Photo: iStock
Radio-Canada

La nouvelle est l'art de dire la vie en un minimum de mots. Vous vous sentez prêts à relever le défi? Mettez toutes les chances de votre côté en suivant les conseils des lectrices et lecteurs qui ont lu les textes soumis au Prix de la nouvelle Radio-Canada l'an passé à la recherche de la perle rare. 

Conseil no 1 : Allez à l'essentiel

« La nouvelle oblige à la rigueur et à aller droit au but. Elle procure au lecteur qui n'a pas plusieurs heures de loisir devant lui d'accéder à un univers, à un imaginaire en peu de temps et d'en retirer un plaisir de lecture. »
Johanne Mélançon

« Soyez économe de votre utilisation des adverbes. Soyez en mesure de résumer le tout en une phrase (ex. : "C’est l’histoire d’un homard, en Suisse, qui doit se faire assommer avant d’être plongé dans l’eau bouillante, puisque c’est la loi depuis peu.") »
Ralph Elawani

« Évitez de "surdécrire" les choses. Une description trop longue risque de noyer l’essence de votre propos plutôt que de le mettre en valeur. Qui plus est, le lecteur risque de décrocher si l’action n’avance pas à son goût. »
Maude Déry

Conseil no 2 : Partez du bon pied

« Soignez vos incipit. Les premières phrases de la nouvelle servent à éveiller l’intérêt de votre lecteur. Séduisez-le par des phrases incisives, sans flafla ni fioritures. »
Maude Déry

Conseil no 3 : Faites-vous confiance

« C’est la personne qui écrit qui est au volant, qui connaît la destination, qui a le pouvoir d’y emmener celle qui lit. Je lui fais confiance. »
Marilou Craft

« Acceptez le fait que votre nouvelle ne changera rien à quoi que ce soit et que vous en écrirez d’autres, probablement meilleures, mais que pour l’instant celle-ci est la meilleure que vous pouvez produire. »
Ralph Elawani

Conseil no 4 : Et faites confiance au lecteur!

« Restez concis et ne cherchez pas à "expliquer" les choses. Le lecteur préfère réfléchir par lui-même plutôt qu’on lui donne d’emblée les réponses à ses interrogations. Faites confiance à son intelligence. »
Maude Déry

Conseil no 5 : Oubliez les bons sentiments

« Évitez de passer des messages (politiques, moralistes, sociologiques) à travers vos personnages. Laissez-les vivre par eux-mêmes plutôt que de leur imposer votre vision du monde ou d’en faire des objets de propagande. »
Maude Déry

« La morale n’est pas votre amie; vos personnages peuvent être des monstres, point n’est besoin de les punir. Offrez plutôt à votre lecteur une occasion de penser la dynamique qui s’installe au sein de votre histoire. »
Ralph Elawani

« Privilégiez des moments de crise, de déséquilibre, de sorte que vos personnages ne s’en sortent pas indemnes. Le but étant qu’ils se transforment à la suite de cette épreuve ou de ce passage. »
Maude Déry

Conseil no 6 : Ne vous censurez pas

« Les meilleurs textes restent ceux qui osent remettre en question des réalités plutôt taboues, qui n’ont pas peur de creuser des sujets dérangeants (sans faire dans le sensationnalisme). »
Maude Déry

Conseil no 7 : Ne vous prenez pas pour une autre (ou un autre)

« Vos publications Facebook ne sont pas une/des nouvelle(s). »
« Ne portez pas de fausses Rolex. Les propriétaires de vraies Rolex savent généralement reconnaître les fausses. Il en va de même pour l’idée d’étaler une culture générale prétentieuse et limitée dans une nouvelle. »
Ralph Elawani

Vous écrivez des nouvelles? Vous aimeriez être découvert, reconnu et publié? Envoyez-nous votre texte d'ici le 31 octobre!

Véritable tremplin pour les auteurs canadiens, lesPrix de la créationRadio-Canadasont ouverts à tous, amateurs ou professionnels. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits, nouvelles et poèmes inédits soumis au concours. Le gagnant remporte 6000$ offerts par le Conseil des arts du Canada ainsi qu'une résidence d'écriture au Centre Banff, en Alberta, et voit son texte publié surICI Radio-Canada.ca.Les finalistes reçoivent chacun 1000$ offerts par le Conseil des arts du Canada, et leur texte est publié surICI Radio-Canada.ca.


La dramaturge Marilou Craft devant un micro avec des écouteurs. Elle porte un chemisier blanc.La critique Marilou Craft Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Marilou Craft est active dans le milieu des arts vivants depuis l’obtention d’un baccalauréat en études théâtrales (UQAM, 2012). En tant que conseillère artistique et dramaturgique, elle collabore principalement avec la compagnie de création interdisciplinaire féministe et queer projets hybris et avec le Centre des auteurs dramatiques (CEAD). Comme travailleuse culturelle, elle a entre autres été codirectrice artistique du festival du Jamais Lu, médiatrice au FTA, directrice des communications au OFFTA et stagiaire à la rédaction de la revue JEU. Elle s’adonne aussi à la création et à la performance, tout en développant une pratique littéraire qui sonde les limites de l’intime. Elle signe régulièrement critiques, articles, chroniques et commentaires culturels sur des plateformes variées, militant notamment contre la discrimination dans le milieu culturel. Elle étudie présentement le droit à l’Université McGill et travaille à son compte comme traductrice.

L'auteure Maude DéryL'auteure Maude Déry Photo : M. D.

Maude Déry termine un doctorat en études littéraires à l’Université Laval, où elle enseigne la création littéraire. Elle travaille à un roman qui interroge les liens étroits qu’entretiennent la littérature et la peinture. Son premier recueil de nouvelles, Sur le fil, est paru à l’automne 2013 aux éditions Triptyque et a été finaliste au Prix des lecteurs Radio-Canada. Elle a publié également quelques récits et nouvelles dans certaines revues littéraires.

L'auteur et journaliste Ralph ElawaniL'auteur et journaliste Ralph Elawani Photo : Annabelle Moreau

Ralph Elawani est écrivain et journaliste indépendant. Particulièrement intéressé par la littérature et le cinéma contre-culturels, il est l’auteur d’une biographie du romancier et cinéaste Emmanuel Cocke, C’est complet au royaume des morts. Il a signé l’essai Les marges détachables et a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs, dont Bleu nuit : histoire d’une cinéphilie nocturne, Satanic Panic : Pop Cultural Paranoia in the 1980s, L’ère-seconde et Yuletide Terror. Son essai Les identités victimaires, paru chez Nouveau projet, lui a valu le Grand prix du journalisme indépendant 2017 dans la catégorie opinion/analyse. On peut régulièrement lire ses textes dans Le Devoir, 24 images, Nouveau projet et LQ, ainsi que sur Spirale Web et VICE Québec.

De gauche à droite, Johanne Melançon, Jean Marc Dalpé, Éric Robitaille et Geneviève Pineault assis autour d'une table au Théâtre du Nouvel-Ontario.De gauche à droite, Johanne Melançon, Jean Marc Dalpé, Éric Robitaille et Geneviève Pineault. Photo : Jérôme Leclerc

Johanne Melançon est professeure agrégée au Département d'études françaises de l'Université Laurentienne où elle enseigne la chanson et la littérature de l’Ontario français et du Québec. Ses publications et ses recherches portent sur l'œuvre de poètes, romanciers et dramaturges franco-ontariens, de même que sur la chanson québécoise et franco-ontarienne. Chercheure associée à la Chaire de recherche sur les cultures et les littératures francophones du Canada, elle a co-dirigé avec Lucie Hotte une Introduction à la littérature franco-ontarienne (Prise de parole, 2010; mention au Prix Champlain 2011).

Livres

Arts