•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Les exoplanètes se découvrent

    Représentation imaginaire d'un système solaire abritant trois exoplanètes.
    Depuis 1995, on découvre de plus en plus d'exoplanètes dans l'Univers. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    La chasse aux exoplanètes est un sport de plus en plus sophistiqué chez les astronomes. Radio-Canada observe, comme le reste des Terriens, la fabuleuse quête d'autres mondes dans notre univers.

    La Terre cesse d’être unique

    C’est formidable comme nouvelle. Une percée qui ouvre de nouvelles perspectives aux astrophysiciens. Ce sont deux équipes de la NASA qui ont réussi à voir la lumière émise par deux exoplanètes, c’est-à-dire des planètes situées hors de notre système solaire.

    Bernard Derome

    L’animateur du Téléjournal le 23 mars 2005 présente une des plus importantes détections réalisées en astrophysique.

    Téléjournal, 23 mars 2005

    La journaliste Catherine François présente un reportage qui explique la découverte. On a observé, grâce au télescope infrarouge Spitzer, l’existence de deux planètes gazeuses qui tournent autour d’un soleil.

    Cet exploit confirme ce qu'on savait déjà depuis 1995. La Terre n’est pas seule dans l’Univers.

    Dès le 16e siècle, plusieurs astronomes, Giordano Bruno, Nicolas Copernic et Isaac Newton notamment, postulent que d’autres planètes orbitent autour des étoiles. Il faudra cependant des siècles pour que cette hypothèse soit confirmée.

    Le 6 octobre 1995, les astrophysiciens Michel Mayor et Didier Queloz de l’observatoire de Genève annoncent que, par déduction mathématique, ils ont découvert une exoplanète. Baptisée du nom de 51 Pegasi b, elle est située à 40 années-lumière de distance de la Terre.

    Des exoplanètes qu’on observe

    Et tout à coup, HR8799 s’est pointée.

    René Doyon
    Téléjournal, 13 novembre 2008

    En 2008, une équipe d’astrophysiciens, dirigée par le professeur René Doyon de l’Université de Montréal, perfectionne la traque des exoplanètes. Le journaliste Benoît Giasson nous raconte l’histoire de leur découverte dans un reportage présenté au Téléjournal du 13 novembre 2008 et qu’anime Bernard Derome.

    Voilà quatre ans que l'équipe de René Doyon scrute sans succès le ciel depuis l’observatoire d’Hawaï.

    Un jour elle pointe le télescope vers la constellation de Pégase en utilisant une technique révolutionnaire d’imagerie conçue par un de ses membres, Christian Marois.

    La technique diminue l’intensité de la lumière émise par les étoiles.

    Un miracle alors se produit. Trois planètes apparaissent orbitant autour d’une étoile.

    Une deuxième Terre qui abrite la vie?

    Ce n’est pas une question de si, mais bien de quand, nous allons trouver une deuxième Terre.

    Thomas Zurbuchen, administrateur adjoint, Direction des services scientifiques de la NASA

    Toutes ces découvertes rendent encore plus pertinente la question de savoir si la Terre est le seul corps céleste à abriter la vie.

    Téléjournal, 22 février 2017

    Le 22 février 2017, la NASA annonce en grande pompe qu’elle vient de trouver sept exoplanètes, dont trois qui pourraient ressembler à la Terre.

    Ce soir-là, l’animatrice Céline Galipeau présente au Téléjournal un reportage du journaliste Frédéric Arnould sur la découverte.

    Les sept planètes orbitent autour de l’étoile Trappist-1. C’est une étoile naine à peine plus grosse que Jupiter et froide. Les scientifiques croient que trois de ces planètes pourraient contenir de l’eau liquide.

    Si la planète possède de l'eau, il y a de grandes chances que la vie ait pu s'y développer.

    Les astrophysiciens auront peut-être des réponses plus complètes dans les prochains mois.

    En avril 2018, le Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS) est lancé de Cap Canaveral en Floride. Sa mission est de cartographier le ciel presque en entier et de recenser de nouveaux mondes.

    TESS n’est cependant pas conçu pour détecter des signes de vie.

    En 2020, le télescope spatial James Webb deviendra opérationnel. Il va pouvoir étudier l’atmosphère des exoplanètes et caractériser les éléments chimiques qui s’y trouvent.

    Selon le décompte le plus récent, les planètes susceptibles d'abriter la vie pourraient être nombreuses.

    En août 2018, des astrobiologistes de l’université britannique de Cambridge ont identifié un groupe de planètes situées hors de notre Système solaire.

    Il existerait sur ces planètes des compositions chimiques similaires à celles qui ont permis l’apparition de la vie sur la Terre.

    Parmi les candidates susceptibles d'abriter la vie, il y a l'étoile Proxima Centauri b.

    Selon une analyse effectuée par l’Institut Goddard d’études spatiales de l’Université Columbia à New York, cette exoplanète serait rocheuse. Elle abriterait par ailleurs une grande surface d’eau liquide.

    Proxima Centauri b se trouve à 40 000 milliards de kilomètres de la Terre. C'est une voisine de la Terre à l'échelle céleste.

    Si Proxima Centauri b se révèle inhabitée, ne nous décourageons pas.

    Selon les estimations les plus récentes, il y aurait jusqu’à 700 millions de milliards de planètes rocheuses seulement dans l’Univers observable.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Science