•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales partielles reportées : « Inacceptable », clame l'AFMNB

Un homme dépose son bulletin de vote dans une tabulatrice.
La possibilité d'une nouvelle élection générale force Élections N.-B. à revoir ses plans. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'instabilité politique qui plane sur le Nouveau-Brunswick fait une nouvelle victime : les conseils municipaux. Élections Nouveau-Brunswick reporte les élections partielles dans une dizaine de municipalités de la province pour se préparer à la possibilité d'un nouveau scrutin provincial.

Un texte d'Alix Villeneuve avec CBC

Les élections partielles, qui devaient avoir lieu le 3 décembre, ont été reportées au 6 mai 2019.

Le président de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB), Luc Desjardins, a des mots très durs envers Élections Nouveau-Brunswick.

C’est inacceptable, on n’est quand même pas dans une république de bananes!

Cette décision est contraire au fondement de la démocratie, dit-il. Reporter des élections de six mois, faute de moyens, n'est pas une décision sensée, selon lui.

C’est un affront à la démocratie municipale. C’est comme si notre niveau de gouvernement n’était pas important.

Luc Desjardins, président de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick
Luc Desjardins répond aux questions du journaliste, dans ses bureaux à Petit-Rocher.Le président de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick est aussi maire de Petit-Rocher. Photo : Radio-Canada

Les élections sont nécessaires pour pourvoir plusieurs postes vacants de maires et de conseillers municipaux. Ces postes sont nécessaires pour faire fonctionner convenablement les machines municipales, affirme M. Desjardins.

Il faut qu’on soit capable de les remplacer pour assurer une représentation efficace de la population.

Manque de ressources

La directrice générale des élections, Kimberly Poffenroth, soutient dans une déclaration écrite envoyée aux municipalités mercredi qu’elle n’a pas les ressources nécessaires, à la fois techniques, humaines et financières, pour « se préparer efficacement et simultanément à deux élections à grande échelle ».

Élections Nouveau-Brunswick ne dispose pas [...] d'un personnel formé, d'espace d’entrepôt suffisant et de soutien technique.

Kimberly Poffenroth, directrice générale d'Élections Nouveau-Brunswick
La directrice générale des élections, Kimberly Poffenroth.Élections N.-B. indique que même avec des sommes supplémentaires, le manque de personnel est un obstacle trop important à la tenue de deux élections majeures en même temps. Sur la photo : la directrice générale des élections, Kimberly Poffenroth. Photo : Graham Thompson/CBC

La décision de reporter les élections n'a pas été prise à la légère, peut-on y lire. Kimberly Poffenroth n'accorde pas d'entrevue aux médias pour l'instant.

Le gouvernement interpellé

Le gouvernement provincial doit intervenir pour augmenter les ressources offertes à Élections Nouveau-Brunswick, répond Luc Desjardins. On a quand même un premier ministre en ce moment [malgré l'incertitude].

Le premier ministre peut décider de mettre des fonds pour tenir des élections municipales; ce n’est pas une question partisane.

Luc Desjardins, président de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick

Il s'interroge d'ailleurs sur ce qui a causé cette situation chez Élections Nouveau-Brunswick, puisque la nécessité de tenir des élections municipales partielles était connue depuis longtemps.

Une affiche d'Élections Nouveau-Brunswick.Luc Desjardins se demande s'il n'y a pas eu des erreurs de planification à Élections Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada

« Terriblement loin »

Une douzaine de municipalités doivent remplacer des conseillers municipaux qui ont quitté leur poste.

À la Municipalité régionale de Tracadie, 4 conseillers municipaux sur 10 ont démissionné ces derniers mois. La Ville se retrouve donc avec le seuil minimal pour tenir ses conseils tout en respectant le quorum.

Le maire de la Municipalité régionale de Tracadie, Denis Losier, juge que ces six mois supplémentaires vont ajouter une pression aux membres de son conseil municipal.

C’est terriblement loin pour pouvoir garnir nos conseils municipaux.

Le maire garde toujours espoir qu’une fois la situation politique stabilisée, les élections pourront se tenir en bonne et due forme. J’imagine que dès que le gouvernement va être officiellement nommé [...] ils vont prendre le taureau par les cornes et vont régler ce dilemme municipal.

À Aroostook, deux conseillers sur quatre ont démissionné. N’ayant plus le quorum, le village est actuellement sous la tutelle de Fredericton.

Les élections provinciales ont notamment causé des vacances au sein des conseils municipaux de Saint-Jean, de Moncton, de Shediac et de Sackville, puisque certains conseillers ont été élus députés.

L’Union des municipalités du Nouveau-Brunswick a condamné la décision d’Élections Nouveau-Brunswick.

Nouveau-Brunswick

Politique municipale