•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un haut responsable des forces de sécurité afghanes tué dans une fusillade

Le récit d’Azeb Wolde-Giorghis

Le commandant de la police locale, le général Abdul Raziq, a été tué, tandis que le gouverneur de la province de Kandahar et son chef du renseignement ont été blessés lors d'une fusillade jeudi au siège du gouvernement. Le commandant des forces de l'OTAN en Afghanistan, le général américain Scott Miller, en est sorti indemne.

Cet attentat a été revendiqué par les talibans. Le général Scott Miller venait de rencontrer des responsables afghans en prévision des élections législatives de samedi, puis le garde du corps du gouverneur de Kandahar a ouvert le feu sur les personnalités qui sortaient de la réunion.

Malgré la diffusion d'informations contradictoires voulant qu'il ait été blessé lors de la fusillade, le commandant des forces de l'OTAN en Afghanistan est indemne, a précisé le colonel Knut Peters, porte-parole de l'OTAN, mais au moins trois Américains auraient été touchés.

Le généralRaziq a quant à lui été atteint de coups de feu dans le dos. Il était très populaire au sein des forces de sécurité afghanes et avait la réputation d'être un ennemi acharné des talibans.

« Six de ses gardes du corps et deux membres du service de renseignement afghan ont été blessés », a ajouté une source locale citée par l'AFP.

Le gouverneur de la province de Kandahar, Zalmai Wesa, ainsi que le chef local du NDS, le service de renseignement afghan, ont été blessés.

Un responsable de l'hôpital de Kandahar cité par l'AFP a déclaré que plusieurs hauts responsables avaient été admis aux urgences de son hôpital, sans donner davantage de détails.

Cette fusillade survient au lendemain d'une attaque contre une patrouille de soldats tchèques qui a fait cinq blessés mercredi près de la base aérienne de Bagram, dans la province de Parwan.

Les violences s'intensifient en Afghanistan à l'approche des élections législatives de samedi. Des élections que les talibans et le groupe armé État islamique (EI) ont promis de torpiller en menant plusieurs attaques dans le pays.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Moyen-Orient

International