•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour ses 72 ans, elle fume un joint avec ses amies

Une femme âgée tourne le dos à l'appareil photo en fumant un joint devant son jardin de fleurs.

Margo fume un joint pour son 72e anniversaire.

Photo : Radio-Canada / Fanny Bédard

Radio-Canada

Une Britanno-Colombienne a fêté son 72e anniversaire le même jour que la légalisation de la marijuana à usage récréatif au Canada. Elle a invité ses amies à fumer un joint chez elle pour souligner cette journée historique.

Un texte de Fanny Bédard

Margo raconte qu’elle a presque immédiatement téléphoné à sa voisine quand elle a appris que la légalisation du cannabis aurait lieu le 17 octobre, le jour de son anniversaire, pour lui proposer de célébrer l’événement avec un joint.

La résidente du Grand Victoria a élargi l’invitation à une vingtaine de personnes : « Je pense qu’il y en a qui pensaient que je rigolais, que ce n’était pas vrai, mais c’est sérieux », raconte-t-elle.

Finalement, une quinzaine de ses amies ont répondu à l’appel.

Il ne s’agit pas de la première fois que la Britanno-Colombienne tire sur un joint, mais ses expériences remontent à plusieurs années « quand c’était la mode ».

Je n’avale pas la boucane, parce que, sinon, je m’étouffe!

Margo, 72 ans

Au départ, pour satisfaire ceux qui ne fument pas, elle avait pensé cuisiner des brownies au cannabis et préparer des infusions, mais elle s’est ravisée. « J’ai lu et entendu que, si quelqu’un en mange, on ne sait pas comment il va réagir. C’est comme quand quelqu’un prend du vin. On ne sait pas quelle est sa tolérance. »

Le joint du 17 octobre a été fourni par une amie dont le fils prend du cannabis pour des raisons médicales. Margo affirme qu’elle sait ce qu’elle fume et que ça n’a pas été acheté « n’importe où ».

Elle pense toutefois que le Canada n’est pas encore assez préparé pour la légalisation. Elle trouve que l’âge légal pour consommer du cannabis est trop bas et qu’il faudrait l’augmenter à 21 ans. Elle hésite aussi à révéler son nom au complet, car elle craint les conséquences que cela pourrait avoir sur ses voyages aux États-Unis.

Une dizaine de femmes debout dans un jardin en train de se faire la conversation.

La fête d'anniversaire de Margo dans le Grand Victoria

Photo : Radio-Canada / Fanny Bédard

Sa fille Amélie n’a pas été surprise quand sa mère lui a parlé d’organiser une telle fête : « Je suis assez habituée à ses idées assez flyées, je n’ai pas été surprise du tout. »

France n’a pas été choquée par l’invitation de son amie de longue date. « Je trouvais ça cool », dit-elle.

Elle dit que la marijuana ne l’intéresse toutefois pas, même si elle a déjà fumé dans le passé. « Pour moi, ce n’est pas parce que c’est légal que je vais fumer. C’est légal de manger de la viande et je n’en mange pas ». Elle ne voit pas la légalisation comme quelque chose de bénéfique pour le pays et est d’avis que le gouvernement Trudeau a seulement voulu aller chercher le vote des jeunes.

Les invitées de Margo se sont rassemblées dans sa cour arrière pour l’apéro. Avant le coucher du soleil, quand le temps a commencé à refroidir, cinq d’entre elles se sont rassemblées en rond pour prendre quelques bouffées de joint.

Une fois arrivée au bout, Margo a lancé : « Bon, on peut rentrer! »

Drogues et stupéfiants

Société