•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comité sur les langues officielles : le français langue seconde devrait être bonifié dans l'Ouest

Gros plan sur un document portant le titre Comité permanent des langues officielles et Standing Committee on official languages.
Après sa tournée dans l'Ouest canadien, le Comité permanent des langues officielles a remis son rapport le 17 octobre. Photo: Radio-Canada / Yessica Chavez
Radio-Canada

Le Comité permanent des langues officielles a déposé un rapport sur l'enseignement du français langue seconde dans les provinces de l'Ouest mercredi. Le comité estime que cette offre doit être bonifiée dans le but d'assurer l'épanouissement des communautés en situation minoritaire.

Le rapport comprend quatre recommandations formulées à la suite de rencontres du comité avec des membres des communautés de l'Ouest en février et mars dernier.

Le comité souligne qu'il attend avec impatience le nouveau Protocole d’entente relatif à l’enseignement de la langue de la minorité et l’apprentissage de la langue seconde qui est présentement en renégociation. Ce protocole définit les modalités de transfert de financement entre le gouvernement fédéral et les provinces concernant l'apprentissage des langues officielles dans un contexte minoritaire.

Ainsi, le comité recommande de continuer à investir dans la formation des enseignants en français et ajoute que ce financement doit aller de pair avec la croissance de la demande dans une région donnée.

Une autre recommandation concerne l'accès aux programmes d'immersion française dans l'Ouest. Selon le rapport, le mythe qui veut que ces programmes soient réservés aux meilleurs élèves persiste. Le comité propose de renforcer l’aide fournie aux écoles pour permettre aux élèves en difficulté d'y participer.

Ce rapport souligne aussi que la disponibilité du matériel pédagogique pour les enseignants est un problème. D'après le comité, les enseignants sont souvent forcés de créer leurs propres ressources pédagogiques. Le comité souhaite que du matériel soit fourni aux enseignants et que ce matériel soit adapté aux réalités des communautés en milieu minoritaire.

Une quatrième recommandation concerne les activités parascolaires. Le comité estime que ce type d'activités est un élément clé dans l'apprentissage du français langue seconde. Il explique avoir parlé avec des intervenants qui confirment que parler français en dehors de l’école est primordial.

Modernisation de la Loi sur les langues officielles

Dans sa conclusion, le comité soulève également la question de la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Il pense que cette modernisation devrait inclure une discussion concernant le droit fondamental de l'accès à l'enseignement d'une langue seconde, parmi les deux langues officielles du pays.

L'enseignement dans la langue de la minorité est protégé par l'article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés, alors que l'enseignement du français et de l'anglais langue seconde ne bénéficie pas d'une telle protection.

Liste des recommandations

  • Que le gouvernement du Canada s’assure que les prochaines ententes fédérales-provinciales/territoriales pour l’apprentissage de la langue seconde soutiennent financièrement des programmes de perfectionnement linguistique pour les enseignants et enseignantes, et ce, de manière continue en tenant compte de la croissance de la demande.
  • Que le gouvernement du Canada s’assure que les prochaines ententes fédérales-provinciales/territoriales pour l’apprentissage de la langue seconde soutiennent les apprenants dans l’ensemble du continuum en éducation par une offre bonifiée d’expérience linguistique et culturelle dans leur langue seconde.
  • Que le gouvernement du Canada s’assure que les prochaines ententes fédérales-provinciales/territoriales pour l’apprentissage de la langue seconde comportent des initiatives ou programmes visant la création ou l’adaptation de matériel pédagogique destiné aux programmes d’immersion et d’enseignement de la langue seconde qui soit adapté à la réalité canadienne.
  • Que le gouvernement du Canada s’assure que les prochaines ententes fédérales-provinciales/territoriales pour l’apprentissage de la langue seconde comportent des initiatives ou programmes visant l’intégration et le soutien des étudiants et étudiantes ayant des difficultés d’apprentissage dans les programmes d’immersion française.

Source : le 13e rapport du Comité permanent des langues officielles

Le Comité permanent des langues officielles comprend 11 membres, des élus des principaux partis fédéraux. Le Libéral Denis Paradis en est le président.

Saskatchewan

Francophonie