•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des partielles le 16 décembre dans Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles et Saint-Michel

Montage de photos de Chantal Rouleau et Frantz Benjamin

Chantal Rouleau et Frantz Benjamin siégeront tous les deux à l'Assemblée nationale du Québec.

Photo : Radio-Canada et La Presse canadienne (Graham Hughes)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pas une, mais deux partielles montréalaises auront lieu dans deux mois. Les électeurs de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles et du district de Saint-Michel devront retourner aux urnes le 16 décembre pour choisir ceux ou celles qui succéderont à Chantal Rouleau et à Frantz Benjamin, qui ont quitté la scène municipale pour l'Assemblée nationale.

Un texte de Jérôme Labbé (Nouvelle fenêtre)

Les deux politiciens d'expérience ont été élus lors des élections générales du 1er octobre dernier.

Chantal Rouleau, qui était jusque-là mairesse de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, a remporté l'élection dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles pour le compte de la Coalition avenir Québec. Elle a été assermentée mardi.

Quant à Frantz Benjamin, qui agissait comme conseiller de ville du district de Saint-Michel, sa candidature, placée sous la bannière du Parti libéral du Québec, a été plébiscitée dans la circonscription de Viau. Son assermentation a eu lieu lundi.

Mme Rouleau était mairesse d'arrondissement depuis 2010, tandis que M. Benjamin était conseiller municipal depuis 2009. Ce dernier avait également été président du conseil municipal de 2013 à 2017.

Réélus dans l'opposition en novembre de l'an dernier, Mme Rouleau et M. Benjamin étaient jusqu'à tout récemment membres d'Ensemble Montréal, une formation politique fondée majoritairement d'anciens élus de l'Équipe Denis Coderre.

Leur élection dans Pointe-aux-Trembles et Viau, le 1er octobre, rendait inévitable la tenue d'élections complémentaires dans un délai rapproché.

En tant que candidats, les deux élus municipaux ont pu conserver leurs fonctions pendant toute la durée des élections, mais leur mandat a automatiquement pris fin le jour de leur assermentation au Parlement, en vertu de l’article 318 de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités. Aucune allocation de départ ni allocation de transition ne leur sera versée.

Il s'agira des premières partielles à être tenues à Montréal depuis les élections municipales de 2017.

Des enjeux politiques

On ne sait pas encore qui sera sur les rangs pour briguer ces deux sièges à l'Hôtel de Ville.

Pour la mairesse Valérie Plante, ce sera une occasion « d’agrandir la famille politique de [son parti] Projet Montréal », a-t-elle indiqué il y a deux semaines.

Mais l'enjeu sera tout aussi grand – sinon davantage – pour Ensemble Montréal. L'ex-formation a perdu sept de ses élus depuis l'an dernier.

Outre Mme Rouleau et M. Benjamin, Jean-François Parenteau, Hadrien Parizeau et Marie-Josée Parent ont choisi de quitter le caucus d'Ensemble Montréal pour siéger au comité exécutif à l'invitation de l'administration Plante-Dorais.

La conseillère d’arrondissement Renée-Chantal Belinga, dans Montréal-Nord, a également claqué le porte du parti, reprochant à celui-ci de s'être opposé à l’idée de nommer un lieu en souvenir du décès de Fredy Villanueva en 2008.

Enfin, la semaine dernière, le conseiller de ville du district de Rivière-des-Prairies, Giovani Rapanà, a annoncé à son tour qu'il quittait Ensemble Montréal, estimant ne pas recevoir suffisamment d’appui du parti pour faire avancer ses dossiers.

Mais selon le chef par intérim de la formation, Lionel Perez, M. Rapanà aurait mal accueilli le fait d'avoir été écarté de la course à la mairie de son arrondissement en vue de remplacer Chantal Rouleau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !