•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un titan cosmique découvert dans l’Univers jeune

Radio-Canada

Un vaste proto-superamas de galaxies a été détecté au sein de l'Univers jeune par une équipe d'astrophysiciens étrangers.

Le proto-superamas Hypérion.Agrandir l’imageLe proto-superamas Hypérion Photo : ESO/L. Calçada & Olga Cucciati

Cette structure colossale baptisée Hypérion, d’une immensité inégalée, a été observée à l’aide de l’instrument VIMOS installé sur le Très Grand Télescope de l’Observatoire européen austral situé dans le désert d'Atacama au nord du Chili.

C’est la toute première fois qu’une structure aussi étendue est identifiée seulement 2 milliards d’années après le big bang.

Olga Cucciati, de l’Institut italien d’astrophysique de Bologne

La masse de ce proto-superamas situé dans la constellation du Sextant est estimée à plus d’un million de milliards de fois celle de notre Soleil.

Cette masse colossale est semblable à celle des structures les plus étendues de l’Univers actuel.

Surprise céleste

L’existence d’un objet si massif dans l’Univers jeune a surpris les astronomes.

Normalement, ce type de structure se rencontre à des stades plus avancés dans l’évolution de l’Univers. Ce fut une réelle surprise de constater l’existence d’une structure aussi évoluée au sein d’un Univers relativement jeune.

Olga Cucciati

Hypérion est doté d’une structure complexe, composée d’au moins 7 régions liées entre elles par des filaments de galaxies. Ses dimensions sont comparables à celles de superamas dans l’Univers proche, mais sa structure est très différente.

« Les superamas situés à plus grande proximité de la Terre sont caractérisés par une distribution de masse plus concentrée et une architecture davantage structurée », explique l’astronome Brian Lemaux de l’Université de Californie à Davis.

À titre comparatif, Hypérion est doté d’une distribution de masse plus uniformément répartie avec une série de régions très denses connectées entre elles et peuplées de galaxies éparpillées.

Le travail de la gravité

Cette différence d’aspect résulte sans doute des effets prolongés de la gravité puisque contrairement à Hypérion, les superamas observés dans l’Univers proche, à plus de 13 milliards d’années après le big bang, ont disposé de plusieurs milliards d’années supplémentaires pour condenser leur matière en des régions de densité plus élevée.

Les dimensions d’Hypérion dans un Univers si jeune laissent à penser qu’il évoluera en une structure semblable aux superamas qui composent notre Univers local, tel que le superamas de la Vierge, dans lequel se trouve notre galaxie, la Voie lactée.

« La comparaison d’Hypérion avec des structures semblables récentes offre un aperçu de l’évolution des structures les plus massives de l’Univers depuis un lointain passé, ainsi que la possibilité de tester les modèles de formation des superamas », explique Olga Cucciati.

L’étude de ce géant cosmique dévoile donc le passé de ces vastes structures.

Astronomie

Science