•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jusqu'à 3 succursales de la SQDC en Outaouais, une première au début de 2019

Alain Brunet parle au micro.

Alain Brunet, président-directeur général de la Société québécoise du cannabis

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'objectif de la Société québécoise du cannabis (SQDC) est d'ouvrir trois succursales à Gatineau, dans un avenir rapproché. C'est du moins ce qu'affirme Alain Brunet, le maître d'oeuvre de la SQDC. Il n'y en a toujours pas dans la région, même si la substance est maintenant légale au pays.

Alain Brunet affirme que, malgré la bonne collaboration de la Ville de Gatineau, la recherche des emplacements n’a pas été facile et les autorisations ont pris beaucoup de temps. Nous, c'est une priorité, Gatineau, a-t-il fait valoir lors d'une entrevue diffusée mercredi à l'émission Les matins d'ici.

Au départ, la Société s'était donné pour objectif d'ouvrir une succursale en Outaouais dans la première phase d'implantation de ces commerces. Or, les négociations en vue d'obtenir un bail pour un local ont été plus longues que prévu, a expliqué le PDG de l'organisme.

Toutefois, il soutient qu’une entente a été conclue avec un propriétaire potentiel et qu’un bail devrait être signé sous peu, au plus tard le 1er novembre.

On s'attend à avoir la signature finale et on pourra faire les démarches de permis et de construction. Donc, dès le début de l'année [...] on aura une succursale qui pourra être en place pour la belle région autour de Gatineau, a indiqué le président-directeur général de la SQDC.

La succursale la plus proche à 150 km de Gatineau

Les gens de l'Outaouais qui souhaitent se procurer du cannabis dans un magasin devront donc attendre à 2019 ou sortir de la région.

C'est à Mirabel que se trouve la succursale la plus proche pour les gens de l'Outaouais qui souhaitent aller visiter un magasin physique de la SQDC.

Les Gatinois auront donc à parcourir plus de 150 km et 1 h 30 de route afin de se rendre dans un magasin physique.

Parmi les gens qui ont attendu parfois plus de trois heures pour accéder au magasin de Mirabel se trouvaient quelques personnes de l'Outaouais.

Déçu de l'absence d'un magasin de la SQDC en Outaouais, Adam Salavtore, de Hawkesbury, a indiqué avoir fait une heure de route et attendu plus de 2 h 30 pour accéder à la succursale.

La situation était similaire pour Ève Labrecque, originaire de l'Outaouais, qui a dit croire que les gens qui attendaient étaient soulagés, contents et heureux de la légalisation.

Éric Lefebvre, résident d'Aylmer, a aussi fait le déplacement jusqu'à Mirabel pour se procurer des produits. C'est ridicule qu'il n'y ait pas de magasins à Gatineau, a-t-il dit. Bien qu'il ait fait la route cette fois-ci, M. Lefebvre a indiqué qu'il fera probablement ses prochains achats auprès de la SQDC en ligne.

Recherche de zones

Par ailleurs, la Société québécoise du cannabis travaille actuellement avec la Ville de Gatineau pour trouver les zones qui seront susceptibles d'accueillir ces nouveaux points de vente.

Les magasins de la SQDC doivent être situés à au moins 250 mètres des écoles et des centres de la petite enfance. D'ailleurs, ils ne pourront pas être installés dans un centre commercial fermé.

M. Brunet rappelle que la mission de la nouvelle SQDC est avant tout de combattre le marché noir et, surtout, d'éduquer la population sur les effets du cannabis.

Rappelons que le concept d'aménagement des points de vente prévoit entre autres que la marchandise ne sera pas visible de l'extérieur et que seules les personnes majeures y seront admises.

Avec les informations de Roxane Léouzon

Drogues et stupéfiants

Société