•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guerre commerciale : le sidérurgiste U.S. Steel augmente les salaires

Les drapeaux des États-Unis et de la Chine installés sur une table de conférence.

Les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis continuent de prendre de l'ampleur.

Photo : Reuters / Jason Lee

Agence France-Presse

Le groupe de sidérurgie United States Steel (U.S. Steel) va augmenter les salaires de 14 000 employés, conséquence de la guerre commerciale lancée par Donald Trump, dont la décision d'imposer de lourdes taxes douanières sur les importations d'acier a fait grimper les prix.

Cette hausse des salaires, qui pourrait être de 14 % sur les 4 prochaines années, d'après des médias américains, est la plus importante depuis au moins 6 ans pour ces salariés.

Elle s'inscrit dans la foulée d'un accord de principe trouvé lundi entre la direction et l'United Steelworkers (UWS), le principal syndicat du secteur, et concerne 14 000 employés répartis dans trois lieux : Fairfield en Alabama, Lorain en Ohio et Lone Star au Texas, a indiqué le groupe dans un communiqué.

« Nous sommes tombés d'accord sur des dispositions qui vont apporter certitude et stabilité à beaucoup de nos actionnaires et permettre à l'entreprise de mettre en place une stratégie à long terme, portant sur un investissement responsable [pour] nos salariés et dans nos usines tout en confortant la position de leader d’U.S. Steel dans une industrie mondiale de la sidérurgie très concurrentielle », souligne David Burritt, le PDG, cité dans le communiqué.

Les termes de l'accord seront rendus publics une fois que ce dernier aura été ratifié.

Les salaires des employés d'U.S. Steel étaient gelés depuis la fin d'un accord salarial conclu en 2012 pour une période de trois ans. Ce dernier prévoyait une hausse des salaires de 1,5 % par an, mais la chute des prix de l'acier américain avait entraîné d'importantes pertes pour les sidérurgistes.

U.S. Steel a notamment accusé une perte nette de 1,64 milliard de dollars en 2015 et de 440 millions en 2016.

La revalorisation salariale décidée lundi est l'un des premiers signes que les hausses de taxes douanières supplémentaires de 25 %, imposées depuis mars par l'administration Trump aux importations d'acier en provenance de Chine notamment, constituent une bouée de sauvetage pour le secteur.

Les prix de l'acier américain ont fortement augmenté jusqu'en mai dernier, ce qui s'est traduit pour U.S. Steel par un bond de 186,4 % sur un an à 232 millions de dollars de son bénéfice lors du premier semestre.

Les prix sont toutefois repartis à la baisse depuis l'été dernier, en raison d'un ralentissement de la demande, notamment de la part du secteur automobile qui, lui, souffre de la hausse des prix de l'acier.

En dehors de l'acier, la plupart des autres secteurs de l'économie américaine sont sceptiques quant aux retombées positives de la guerre commerciale.

« En fin de compte, les tarifs [douaniers] sont simplement une taxe sur le consommateur », a prévenu récemment Gregory Hayes, le patron du conglomérat industriel américain United Technologies, qui vend à travers le globe ses produits, dont les moteurs d'avions Pratt & Whitney et les ascenseurs Otis.

« Quand les coûts de nos équipements de chauffage et d'air conditionné augmentent, que les coûts de nos moteurs montent, vous le constatez aussitôt dans le prix du nouvel équipement d'air conditionné [...] dans le prix du nouvel avion », a-t-il souligné.

Économie