•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Policiers au défilé gai : Black Lives Matter s’indigne

Syrus Marcus Ware, porte-parole de Black Lives Toronto.
Syrus Marcus Ware, porte-parole de Black Lives Toronto, estime que la communauté gaie n'est pas prête à accepter de nouveau les policiers en uniforme au sein de son défilé de la fierté. Photo: Radio-Canada

Le groupe qui avait réclamé l'exclusion des agents en uniforme du défilé de la fierté gaie de Toronto dénonce vigoureusement la décision des organisateurs de permettre la participation des policiers aux festivités l'été prochain.

Pride Toronto a justifié sa décision mardi en disant avoir mené une « importante consultation » avec la communauté LGBTQ et réalisé des progrès avec le corps policier.

Syrus Marcus Ware de Black Lives Matter Toronto n’est pas surpris de la volte-face de Pride Toronto, mais estime toutefois que les progrès vantés par l’organisme ne se sont pas concrétisés.

Nous voulons faire entendre ce que nous ressentons. C’est une décision inacceptable.

Syrus Marcus Ware, porte-parole de Black Lives Matter Toronto
Photo de membres du groupe Black Lives Matter qui font un sit-in.Des membres du groupe Black Lives Matter avaient forcé l'interruption du défilé gai en 2016. Photo : La Presse canadienne / Mark Blinch

Le racisme systémique et la discrimination sont encore bien ancrés au sein du corps policier et dans ses interactions avec les minorités sexuelles et racialisées, croit Syrus Marcus Ware.

De nombreux membres de la communauté LGBTQ accusent d’ailleurs la police d’avoir tardé à agir et à les prévenir dans le cas du présumé tueur en série Bruce McArthur, qui aurait ciblé le quartier gai pendant des années.

L’ex-directeur de Pride Toronto prend position

L’ancien directeur de Pride Toronto, Mathieu Chantelois, voit d’un bon oeil la décision d’inviter de nouveau les policiers, bien qu’il comprend qu’il s’agisse d’une question toujours polarisante.

Ce n’est peut-être pas à Black Lives Matter de décider si les policiers peuvent marcher en uniforme ou pas dans le défilé. C’est une conversation qu’on doit avoir comme communauté a affirmé M. Chantelois au Téléjournal Ontario mardi.

Mathieu Chantelois accepte les demandes des militants de Black Lives Matters, le 3 juillet 2016.Mathieu Chantelois avait accepté sous pression les demandes des militants de Black Lives Matter en 2016. Photo : La Presse canadienne / Mark Blinch

Selon M. Chantelois, il revient aux membres de la communauté de se positionner sur cette question à l’assemblée générale annuelle de Pride Toronto.

L’organisme a cependant indiqué sur son site web que son assemblée annuelle cette année sera fermée au grand public et aux médias. Pride Toronto n’a pas fourni d’explications pour l'instant.

Forces de l'ordre

Société