•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Train léger à Hamilton : la priorité de plusieurs candidats aux élections municipales

Une intersection avec des immeubles autour.

Angle des rues James et Wilson, au centre-ville de Hamilton en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Radio-Canada

Le projet de train léger (LRT), un sujet chaud depuis des années à Hamilton, s'est invité dans la campagne électorale municipale. Certains candidats basent littéralement leur programme sur le projet.

Un texte de Colin Côté-Paulette

Sur une publicité électorale affichée sur un arrêt d'autobus au centre-ville de Hamilton, on peut lire « Non au LRT. Oui au transport pour toute la ville ».

C'est la proposition principale d'un des candidats au poste de maire, Vito Sgro.

Il veut redistribuer le milliard de dollars promis par la province sous Kathleen Wynne pour le LRT à la banlieue de Hamilton notamment. Le nouveau gouvernement conservateur a aussi promis cet argent, mais précisé qu'il pourrait être alloué aux infrastructures.

Bâtir des infrastructures qui serviront à toute la ville, pas seulement à une petite portion du centre-ville, écrit M. Sgro dans un courriel.

Le politicien a même payé pour qu'un avion vole au-dessus de la ville, la semaine dernière, en tirant une bannière sur laquelle on pouvait lire « NO LRT ».

Une affiche électorale sur un abri-bus. Derrière on voit une rue avec des immeubles. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Publicité électorale d'un candidat à la mairie de Hamilton, Vito Sgro, contre le projet de LRT dans la ville.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Eisenberger, porteur du projet

Le maire sortant, Fred Eisenberger, continue pour sa part de soutenir le projet.

« Ça va créer des emplois, de nouveaux revenus liés aux taxes et ça va permettre d'étendre notre réseau de transports en commun », résume-t-il.

M. Eisenberger croit que s'il se concrétise, ce sera le plus grand projet d'infrastructures jamais réalisé à Hamilton.

Le maire sortant souligne toutefois que pour lui, d'autres enjeux sont plus importants dans la ville, comme le manque de logements abordables.

Carte des nouvelles stationsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carte de la ligne projetée

Photo : Metrolinx

Une problématique au conseil

M. Sgro a choisi cet enjeu parce que c'est quelqu'un qui n'est pas très connu dans la communauté, analyse le politologue de l'Université McMaster, Peter Graefe.

Ce dernier estime que le conseil municipal a manqué de leadership dans le projet lors des dernières années.

Ils ont vu qu'il y a certaines craintes dans la communauté par rapport aux effets de ce projet et au lieu d'essayer de convaincre que ce serait une bonne chose pour la communauté, ils ont tendance à alimenter ces doutes, observe M. Graefe.

C'est une situation un peu bizarre où une Ville semble dire non à un investissement de l'ordre d'un milliard de dollars avec tous les emplois qui s'y rattachent.

Peter Graefe, politologue à l'Université McMaster

Le professeur pense que le débat autour du LRT reflète la stratégie électorale des candidats mais n'est pas nécessairement un enjeu important pour les citoyens.

Photo d'une mère qui pousse son bébé en poussette alors qu'arrive un train léger.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dessin du projet de train léger à Hamilton

Photo : Metrolinx

Le train léger s'étendrait sur 14 km, d'est en ouest dans la ville.

Si le projet va de l'avant, l'échéancier devrait être dévoilé dans environ six mois, selon le maire sortant.

Les élections municipales auront lieu le 22 octobre.

Toronto

Affaires municipales