•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marijuana : quelles sont les règles à la frontière américaine?

Une pancarte installée par l'Agence des services frontaliers du Canada avise les voyageurs de ne pas traverser la frontière américaine avec du cannabis.
Une pancarte installée par l'Agence des services frontaliers du Canada avise les voyageurs de ne pas traverser la frontière américaine avec du cannabis. Photo: Radio-Canada / Remi Authier
Radio-Canada

Les autorités américaines ont tenu différents points de presse mercredi pour rappeler que les lois aux États-Unis n'ont pas changé et que les Canadiens qui traversent la frontière avec du cannabis pourraient être punis.

1) Entrer aux États-Unis avec de la marijuana, récréative ou médicinale, est toujours illégal

Même si la consommation de la marijuana à usage récréatif est légale dans neuf états aux États-Unis, sa possession, sa production et sa distribution sont interdites par les lois fédérales américaines, affirme Richard Roberts, directeur adjoint à la sécurité frontalière pour le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (SDPF).

Toute violation de ces lois en entrant aux États-Unis peut donner lieu à un refus d'entrée, à une saisie, à une amende et à une arrestation, prévient-il.

Les autorités américaines demandent aux Canadiens de ne pas tenter de franchir la frontière avec de la marijuana, qu'elle soit prescrite ou non par un médecin.

Richard Roberts, directeur adjoint à la sécurité frontalière pour le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, en conférence de presse à Buffalo. Richard Roberts, directeur adjoint à la sécurité frontalière pour le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, en conférence de presse à Buffalo. Photo : CBC

2) Le pardon ne change rien aux yeux des autorités américaines

Nous ne reconnaissons pas les pardons des pays étrangers, indique Aaron Bowker, agent des communications pour le SDPF.

Ainsi, une personne qui a déjà été reconnue coupable de possession de cannabis au Canada pourrait se voir refuser l'entrée aux États-Unis, même si elle a obtenu un pardon.

En général, tous ceux qui ont des problèmes de consommation de drogue, qui ont déjà été déclarés coupables d'une infraction en matière de stupéfiants ou qui admettent avoir enfreint les lois d'un État, des États-Unis ou d'un autre pays, sont inadmissibles.

Richard Roberts, directeur adjoint du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (SDPF)

3) Un Canadien qui voyage pour des raisons liées à l'industrie du cannabis pourrait être interdit de séjour

Ce n'est pas une raison légale d'entrer aux États-Unis, affirme Aaron Bowker.

Par contre, les Canadiens qui travaillent dans cette industrie, mais qui ne voyagent pas aux États-Unis pour affaires, pourront entrer sur le territoire américain.

4) Les questions posées par les agents des services frontaliers ne devraient pas changer

Les questions que nous posions hier sont les mêmes que nous posons aujourd'hui, et nous ne posons généralement pas de question sur les habitudes de consommation de cannabis, affirme Christopher Perry, directeur des opérations de terrain pour le SDFP.

Christopher Perry, directeur des opérations de terrain pour le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, en conférence de presse au tunnel Windsor-Détroit, mercredi. Christopher Perry, directeur des opérations de terrain pour le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, en conférence de presse au tunnel Windsor-Détroit, mercredi. Photo : CBC

Si cette question est néanmoins posée, le ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, invite les Canadiens qui voyageront aux États-Unis à répondre honnêtement. Il rappelle toutefois qu'ils ne sont pas obligés de s'incriminer.

De leur côté, les autorités canadiennes demandent désormais aux visiteurs et aux Canadiens s'ils possèdent du cannabis, puisqu'apporter cette substance au Canada demeure illégal.

Droit international

Société