•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête du coroner sur le 911 en Ontario : retour à une nuit « chaotique » de juin 2013

Une femme assise derrière une table

Vicky Groulx était la superviseure en poste au Centre de répartition des ambulances de Sudbury, la nuit de l'accident de bateau au lac Wanapitei.

Photo : www.mcscs.jus.gov.on.ca

Radio-Canada

Appelée à témoigner mardi à l'enquête du coroner sur les délais de réponse du service 911 en Ontario, Vicky Groulx, superviseure au Centre de répartition des ambulances de Sudbury, a répondu aux questions portant sur la gestion de l'accident nautique de la nuit du 29 au 30 juin 2013 sur le lac Wanapitei, dans le Grand Sudbury. Elle était en poste cette nuit-là.

Le témoignage de Mme Groulx a conclu la deuxième journée de l'enquête du coroner sur les circonstances de la mort de Matthew Humeniuk, Michael Kritz et Stephanie Bertrand, morts à la suite de l'accident.

Robert Dorzek, qui était avec eux dans le bateau qui a violemment heurté un îlot rocheux, a eu beau appeler à cinq reprises le 911, les secours ne sont arrivés que plus d'une heure après l'appel initial.

L'enquête a révélé que la personne qui a répondu aux quatre premiers appels de Dorzek était Nancy Gosselin, agente au Centre de répartition des ambulances de Sudbury. Son absence à l'enquête a été justifiée par des raisons de maladie.

À 0 h 30, heure à laquelle le premier appel a été reçu, a indiqué Mme Groulx, l'équipe de nuit avait commencé son quart de travail six heures auparavant. Il s'agissait d'une nuit particulièrement occupée, a-t-elle souligné, étant donné le nombre important d'appels reçus et l'insuffisance du personnel en poste. Elle a d'ailleurs dû prêter main-forte aux agents en poste en répondant elle-même à des appels, même si elle était au travail à titre de superviseure.

C'était chaotique.

Vicky Groulx, superviseure au Centre de répartition des ambulances de Sudbury

Le rythme effréné de la nuit ne lui aurait pas permis de s'occuper du cas compliqué de Mme Gosselin autant qu'elle l'aurait voulu, a-t-elle admis.

Une femme et deux hommes

Stephanie Bertrand, Michael Kritz et Matthew Hominuk sont morts des suites des blessures qu'ils ont subies lors d'un accident nautique survenu le 30 juin 2013.

Photo : Radio-Canada

M. Dorzek avait envoyé par texto à Mme Gosselin une capture d'écran d'une carte indiquant l'endroit où l'accident s'était produit. Toutefois, Mme Groulx et son équipe ont d'abord mal identifié l'endroit et décidé d'envoyer une ambulance vers l'ouest du lac Wanapitei. La scène de l'accident se trouvait à l'est de Skead, dans la direction opposée.

Après s'être rendu compte de l'erreur quelques minutes plus tard, en comparant la photo à une carte informatisée, Mme Groulx a décidé d'avoir recours au service d'ambulance aérienne ORNGE. L'hélicoptère le plus proche ne se trouvait toutefois qu'à une cinquantaine de minutes.

Sans être au courant de l'information, Mme Gosselin a demandé à M. Dorzek d'allumer un feu pour faciliter la localisation du groupe par l'hélicoptère. Le feu s'est par la suite propagé vers les arbres se trouvant sur l'îlot d'une part et le bateau d'autre part. Mme Groulx a précisé qu'il n'est pas de coutume, pour les employés du Centre de répartition, de faire une telle suggestion. Elle a ajouté que Mme Gosselin était dévastée, couchée au sol en position foetale en apprenant que le feu avait pris beaucoup d'ampleur.

Mme Groulx a aussi noté qu'en 2013, les agents du Centre de répartition des ambulances n'étaient pas encore formés adéquatement sur la localisation des personnes qui appellent à partir de téléphones cellulaires. Elle n'était pas non plus au courant, la nuit du drame, qu'il y avait un bateau de secours à la marina de Skead, non loin de la scène de l'accident.

Je crois qu'on a fait tout ce qu'on pouvait cette nuit-là avec les moyens qu'on avait.

Vicky Groulx, superviseure au Centre de répartition des ambulances de Sudbury

Les secouristes ne sont arrivés à l'îlot qu'à 1 h 38.

Un homme assis derrière une table

Robert Dorzek dit vouloir savoir si les intervenants d'urgence auraient pu mieux coordonner leurs efforts en vue de venir en aide à ses amis et à lui-même lors de l'accident nautique survenu en juin 2013.

Photo : www.mcscs.jus.gov.on.ca

L’avant-midi, Robert Dorzek, le seul rescapé de l’accident, a conclu son témoignage entrepris lundi.

Il a fait savoir que sa confiance au service 911 est complètement ébranlée depuis la tragédie.

Je saignerai à blanc avant d’appeler le 911 encore une fois. J’appellerai des membres de ma famille, des amis, quiconque, mais pas le 911.

Robert Dorzek

Le jury du coroner se penchera également, dès le 22 octobre, sur la mort de Kathryn Missen, survenue le 3 septembre 2014 à Casselman. Son décès est également lié à des retards de réponse du service 911.

L’enquête conjointe prendra fin le 2 novembre. Au total, 34 témoins seront appelés à la barre.

Nord de l'Ontario

Accidents et catastrophes