•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle vie de l'édifice Rodier

Le Rodier réunira des entrepreneurs du milieu de la culture et de la création dès l'été 2019. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les travaux de l'édifice Rodier de Griffintown, ce fameux immeuble qui rappelle le Flatiron Building de New York, vont bon train. Cet immeuble triangulaire doit accueillir dès l'été prochain des entrepreneurs du milieu de la culture et de la création.

Adossé à la voie ferrée, l'édifice Rodier a abrité le magasin Baron sport jusqu'en 2010. L'immeuble triangulaire était menacé par le temps et par le projet du Réseau Express Métropolitain.

Ce bâtiment patrimonial du 19e siècle – qui figure sur la liste des 10 immeubles à préserver selon Héritage Montréal – sera sauvé par l'homme d'affaires Georges Coulombe.

« J'ai toujours rénové de vieux bâtiments, j'ai toujours été dans le patrimoine », explique l'homme d'affaires.

Le Rodier réunira des entrepreneurs du milieu de la culture et de la création.Le Rodier à l'époque où il abritait le magasin Baron sport Photo : Radio-Canada

C'est lui qui a restauré l'ancien immeuble de la Banque Royale qui abrite maintenant le Crew Collective Café, rue Saint-Jacques.

Le Rodier, comme bien d'autres vieux bâtiments, apporte de mauvaises surprises qui compliquent parfois les travaux, comme « la structure du bâtiment qui était en danger », explique l'homme d'affaires. La facture du projet totalisera entre 6 et 8 millions de dollars.

Le Rodier

L'architecture du Rodier, construit en 1875, découle de la forme triangulaire des terrains achetés par un important homme d'affaires de Montréal, Charles Séraphin Rodier Jr, à l’intersection des rues de l’Inspecteur, Notre-Dame Ouest et Saint-Maurice. Le Rodier a été érigé 27 ans avant le Flatiron à New York.

Pour que la Ville accepte de vendre le bâtiment – un peu moins d'un million de dollars –, il devait y avoir un projet. L'organisme sans but lucratif La Piscine a plongé.

« On va réunir ici les entrepreneurs culturels et créatifs de tous horizons, des arts vivants aux jeux vidéo, réalité virtuelle, architecture, design, mode... », décline avec enthousiasme le codirecteur de La Piscine, David Moss.

L'entreprise émergente Apollo Music Store, qui propose de la musique aux entrepreneurs pour leurs projets de publicité ou de marketing, a réservé son espace pour l'été prochain.

« Ce qu’on vient chercher ici, c’est plus les échanges avec les mentors, les formateurs, les autres entreprises qui peuvent avoir vécu des expériences qui ressemblent à la nôtre, avec lesquels on peut échanger, et cela dans les deux sens », précise Philippe Aubert Messier, d'Apollo Music Store.

L'immeuble comportera aussi un restaurant et une galerie d'art ouverte au public.

Avec les informations d'Anne-Louise Despatie.

Histoire

Société