•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

EXCLUSIF : L'ex-directeur de Pride Toronto voit d'un bon oeil le retour des policiers au défilé

L'ex-directeur de Pride Toronto lance un appel au dialogue.

Mathieu Chantelois, l'ex-directeur de Pride Toronto qui a démissionné lors de la période tourmentée qui avait suivi l'interruption du défilé par les militants de Black Lives Matter, brise le silence pour la première fois depuis son départ de l'organisation en août 2016.

En entrevue au Téléjournal Ontario mardi, il a commenté la décision de Pride Toronto d'inviter à nouveau les policiers de Toronto à participer au défilé en uniforme.

Il reconnaît que la décision a probablement donné lieu à des échanges difficiles dans les locaux de Pride Toronto, parce que c'est une question qui divise le mouvement.

Il croit toutefois que c'est le signe que le dialogue est commencé, ce qui était impossible, dit-il, lorsqu'il a remis sa démission.

Il y a une espèce de résolution. On va dans une autre direction. Au moins, les joueurs vont être assis autour de la table et vont en parler, et ça, c'est une très bonne nouvelle.

Mathieu Chantelois

Il estime cependant que la décision d'accepter à nouveau les policiers doit venir des membres de Pride.

Mathieu Chantelois ne regrette pas d'avoir accepté à l'époque les conditions de Black Lives Matter pour que le défilé reprenne. Les militants réclamaient le retrait des policiers et une plus grande diversité.

Mathieu Chantelois accepte les demandes des militants de Black Lives Matters, le 3 juillet 2016.Mathieu Chantelois accepte les demandes des militants de Black Lives Matters, le 3 juillet 2016. Photo : La Presse canadienne / Mark Blinch

Par ailleurs, des allégations de racisme, de sexisme et de harcèlement ont entre autres entouré sa démission.

Mathieu Chantelois rappelle qu'il s'agissait d'allégations, assure qu'elles n'étaient pas fondées et souligne qu'elles n'ont donné lieu à aucune accusation.

C'est évident que ça m'a jeté par terre. Ç’a été extrêmement difficile pour moi. J'ai fait ce que je devais faire. Au lieu de me battre sur la place publique, j'ai embauché un avocat et j'ai pris les mesures pour avoir une résolution de conflit à l'extérieur des tribunaux.

Mathieu Chantelois

Il a conclu une entente à l'amiable avec son ex-employeur, un élément important pour rétablir sa réputation.

Il ajoute qu'il a démissionné à l'époque pour ne pas détourner l'attention de ce qu'il qualifie de véritables enjeux.

Le débat qui devait être sur la place publique, dit-il, c'était celui des policiers en uniformes et les communautés marginalisées.

Toronto

Communauté LGBTQ+