•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Église catholique se dote d'outils pour réduire les risques d'agressions sexuelles

Vitrine montrant la crucifixion du Christ.
Le visionnement de vidéos portant sur la réduction de risques d'agressions sexuelles sera obligatoire pour tous les prêtres, employés et bénévoles de l’archidiocèse de Saint-Boniface. Photo: Radio-Canada / Bert Savard
Radio-Canada

De nouvelles accusations d'agressions sexuelles envers un mineur portées contre un prêtre de l'archidiocèse de Saint-Boniface cette semaine suscitent des réactions chez les catholiques de Winnipeg. Pour rassurer la communauté, l'archidiocèse tient à souligner les mesures mises en place pour réduire les risques d'agressions sexuelles par des membres du clergé.

Un texte de Gavin Boutroy

Denis Beaudette a été profondément troublé en apprenant qu'un autre prêtre de l'Archidiocèse de Saint-Boniface, Roland Lanoie, était accusé d'agressions sexuelles contre une personne mineure. M. Beaudette est membre de la paroisse des Saints-Martyrs-Canadiens depuis 1980.

« Ça fait très mal », lance-t-il. « On a un certain nombre de personnes qui ont tout simplement laissé tomber la pratique [religieuse] ou les activités de leurs jeunes [...] avec des mouvements d'église. »

Les politiques de l’archidiocèse

Le porte-parole de l’archidiocèse, Richard Fréchette, tient à rassurer les fidèles en faisant valoir les mesures en place pour diminuer les risques d’agressions sexuelles.

« On travaille de près avec toutes nos paroisses, on fait des vérifications des dossiers judiciaires », explique-t-il. Il précise qu'il y a « des fenêtres dans les salles de classe pour qu'on puisse voir à l’intérieur ». L'archidiocèse a de plus « un règlement » selon lequel il y a « toujours deux adultes quand on fait affaire aux jeunes », dit-il.

En résumé, poursuit M. Fréchette, il y a « beaucoup, beaucoup de choses qu’on fait maintenant qu’on ne faisait pas il y a 30 ans, pour protéger les enfants ».

« La seule chose qui nous manquait, c’est le côté éducation », ajoute-t-il. La semaine dernière, l'archidiocèse s’est doté d’une série de vidéos informatives portant sur les signes d'une agression sexuelle et les mesures pour réduire les risques.

Pour le moment, les vidéos ont été vues par 80 personnes. Elles sont en cours de traduction, et M. Fréchette affirme qu’elles seront disponibles dans les paroisses au cours des prochains mois. Leur visionnement sera obligatoire pour tous les prêtres, employés et bénévoles de l’archidiocèse.

Nouvelles recommandations des évêques du pays

La semaine dernière, la Conférence des évêques du Canada a dévoilé ses nouvelles lignes directrices concernant la protection des personnes mineures contre les abus sexuels. Richard Fréchette indique que la plupart de 69 recommandations correspondent à des politiques qui sont déjà en vigueur dans l’archidiocèse de Saint-Boniface.

Dans son message mensuel sur la page Facebook de l'archidiocèse, Monseigneur Albert LeGatt s'exprime sur les recommandations, en expliquant les directives faites par la Conférence des évêques et en précisant comment l'archidiocèse les mettra ou les a mises en oeuvre.

Publié simultanément d'un océan à l'autre, le document de 200 pages vise à mieux encadrer les activités des membres de l'Église et à rétablir la confiance de la population envers l'Église catholique. Des victimes d'agressions sexuelles, des professionnels ayant une expérience auprès des victimes ainsi que des religieux et des laïcs ont été consultés durant son élaboration.

Manitoba

Inconduite sexuelle