•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Windsor, pôle d’attraction du secteur technologique?

Un clavier d'ordinateur.

Selon Doug Sartori, les collèges et universités de la région se démarquent en formant plusieurs jeunes talents.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Selon certains, le Sud-Ouest de l'Ontario pourrait devenir la nouvelle plaque tournante des technologies de l'information et des communications.

L’entreprise américaine de prêts hypothécaires Quicken Loans ouvrira un bureau au centre-ville de Windsor spécialisé dans la création de logiciels.

Doug Sartori, propriétaire de la compagnie de création de logiciels Parallel 42 Systems, à Windsor, parle d’une « grande nouvelle » pour la région.

« Nous avons un bassin de talents incroyables à Windsor, mais nous n’arrivons pas à retenir ces personnes », précise celui qui a également fondé Windsor Hackforge, une organisation à but non lucratif consacrée au renforcement des capacités en technologie.

Selon Doug Sartori, les collèges et universités de la région se démarquent en formant plusieurs jeunes talents, entre autres en ingénierie de logiciels et en programmation. Mais ces jeunes diplômés ne trouvent pas de débouchés et de salaire satisfaisants à Windsor, affirme-t-il. Il croit que ces jeunes quittent la région pour Toronto, Vancouver ou Seattle.

Quicken Loans, précurseur?

Pour Yvonne Pilon, directrice de programmes et communications pour WeTech Alliance, Quicken Loans lance peut-être le début d’un mouvement qui fera de la région un pôle informatique.

Le fondateur de Quicken Loans, Dan Gilbert, est aussi le propriétaire d’une centaine de compagnies américaines réunies qui emploient plus de 30 000 personnes : « Si cela se passe bien, explique Yvonne Pilon, on pourrait voir plus d’investissements de la part de Dan Gilbert à Windsor, ou même voir d’autres compagnies américaines emboîter le pas. »

La directrice de l’alliance qui accompagne de jeunes entrepreneurs croit que Windsor pourrait alors s’ajouter au corridor technologique de Toronto à Waterloo, qu’elle définit comme la Silicon Valley de l’Ontario : « C’est plus de 200 000 emplois qui dépendent des technologies dans cette région ».

Yvonne Pilon considère que la proximité de Windsor avec les États-Unis pourrait conférer un statut d’incubateur de nouvelles technologies : « Nous pouvons développer un partenariat et une relation avec Détroit ».

Des effectifs qui stagnent

Néanmoins, selon un rapport du regroupement Main-d’œuvre Windsor-Essex, les effectifs du secteur des technologies, de l’information et des communications (TIC) de Windsor-Essex n’ont pas connu de croissance importante depuis 2011.

Pour Main-d’oeuvre Windsor-Essex, les solutions à la rétention de talents passeraient en partie par de nouvelles compagnies installées à Windsor, mais aussi par la présence de plus de femmes dans le secteur et une modernisation des programmes des TIC offerts dans les collèges ou les universités.

Réaction de la mairie

Selon le maire de Windsor, Drew Dilkens, cité dans le communiqué annonçant l’ouverture de la succursale Quicken Loans, « c’est une entreprise extraordinaire qui possède une excellente culture de travail. Nous sommes impatients de travailler en étroite collaboration avec eux au cours des mois et des années à venir, au fur et à mesure [qu'augmente] leur présence dans notre ville. »

Selon lui, l’installation des bureaux de la célèbre société de Détroit avait un lien direct avec le travail de collaboration entamé l’année dernière lors de la candidature de Détroit et Windsor pour accueillir le siège d’Amazon.

Windsor

Innovation technologique