•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections Sudbury : le financement de la Place des Arts

Croquis de la future Place des Arts du Grand Sudbury.

La Place des Arts du Grand Sudbury sera construite sur un terrain à l’angle des rues Elgin et Larch.

Photo : Dessin préliminaire, Étude de faisabilité (2015), Atelier Pierre Thibault, architecte

Radio-Canada

Lundi, la Place des Arts a obtenu un permis de construction pour son édifice de 30 M$. Mais avant même que la pelle perce le sol, l'organisme a demandé à la municipalité un financement de fonctionnement de 260 000 $ par année, soit 20 % de son budget d'exploitation. Comment se positionnent les candidats à la mairie face à cette demande?

Des dix candidats à la mairie qui ont reçu notre questionnaire, six nous ont fait parvenir leurs réponses : Brian Bigger, Bill Crumplin, Jeff Huska, Dan Melanson, Patricia Mills et Bill Sanders. Cet article est rédigé à l’aide de leurs réponses.

Certains appuient de plein gré

Bill Sanders et Bill Crumplin appuient le projet sans équivoque.

Je suis favorable à [cet investissement de 260 000 $ par année], déclare M. Sanders. Je suis pour parce que 40 % de la population de cette ville est francophone et parce que les arts sont la pierre angulaire de la culture.

La Place des Arts est plus qu’un endroit de rassemblement, de création et de partage, ajoute-t-il. C’est aussi un coffre-fort où la langue est protégée et préservée.

M. Crumplin est tout aussi enthousiaste dans son appui.

Je suis en faveur du financement de la Place des Arts, affirme-t-il.

Les arts sont essentiels afin d’identifier et de célébrer nos cultures individuelles et collectives. Elles donnent de la joie et de la profondeur à la vie de tous les jours et permettent aux gens de se rassembler et de cultiver un esprit communautaire.

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur les élections municipales en Ontario

Des candidats plus ambivalents

Tout en offrant un appui de principe au financement annuel de la Place des Arts, Patricia Mills et Dan Melanson demeurent prudents.

Le dernier conseil a accordé un appui annuel à la Place des Arts, soutient Mme Mills. Tant que nous veillerons à ce que ces fonds soient utilisés judicieusement et que la Place des Arts contribue à enrichir la mosaïque culturelle de notre ville, je lui apporterais mon soutien. 

Il importe de préciser que la ville a approuvé une subvention ponctuelle pour la construction de la Place des Arts, mais n’a pas encore approuvé le financement de fonctionnement annuel.

Mme Mills affirme que la ville doit se doter d’une politique de financement des arts claire et prévisible afin d’éviter les demandes de financement d’urgence.

La maquette de la Place des Arts de SudburyAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La maquette de la Place des Arts de Sudbury

Photo : Radio-Canada / Patricia Sauzède

M. Melanson se dit favorable au financement de fonctionnement annuel de la Place des Arts, mais aimerait travailler avec le Regroupement des organismes culturels de Sudbury afin de trouver d'autres sources de revenus.

De toutes les villes du Nord, le Grand Sudbury investit le moins par personne dans les arts et la culture. Je propose d’augmenter ce montant pour que les organismes comme la Place des Arts puissent recevoir du financement stable.

Dan Melanson, candidat à la mairie du Grand Sudbury

Le maire sortant et Jeff Huska sont plus hésitants

Brian Bigger s’engage à travailler avec la Place des Arts, mais ne se prononce pas quant à l’investissement annuel.

La décision sera basée sur le plan d’affaires et les besoins opérationnels de la Place des Arts, déclare-t-il. C’est un budget municipal, alors nous devons être consciencieux avec les dépenses.

Si un investissement est valide et bénéfique, il sera évalué, a-t-il ajouté.

Jeff Huska exprime aussi des préoccupations face au projet.

Je m’inquiète que la construction n’ait pas commencé et, déjà, on demande plus de fonds. Cependant, un dialogue ouvert pourrait tout expliquer.

Jeff Huska, candidat à la mairie du Grand Sudbury

M. Huska fait référence à l’étude de faisabilité de 2015, qui prévoyait alors la demande d’une subvention annuelle de 200 000 $.

Martin Lajeunesse, trésorier de la Place des arts, a abordé cette inquiétude sur les ondes du Matin du Nord, le 14 août.

On sait qu’entre 2015 et 2020, la valeur du dollar aura changé, a-t-il déclaré. Les coûts d’électricité ont changé, les coûts de main-d’œuvre ont augmenté. C’est certain que le budget aura changé.

C’est un processus normal, a conclu le directeur de l’organisme, Stéphane Gauthier. Nos consultants nous invitent à prévoir de la croissance. De la croissance, ce n’est pas juste plus de revenus, c’est aussi plus de dépenses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Politique municipale