•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d’un bébé de 14 mois : « Ça peut arriver à tout le monde », dit l’avocat de la défense

Un croquis du couple Clark en cour.
Accusés de négligence ayant causé la mort, Jennifer et Jeromie Clark ont fait hospitaliser leur bébé de 14 mois en novembre 2013. Il est mort 21 heures plus tard. Photo: Sharon Sergant

Alors qu'il terminait sa plaidoirie, l'avocat de Jennifer Clark a appelé les jurés à faire preuve de clémence envers le couple Clark qui est accusé de négligence criminelle ayant causé la mort de leur enfant en 2013. Il leur demande de les reconnaître non coupables.

« Dans notre société, nous ne pouvons nous comporter comme une foule enragée qui se saisit de fourches et de torches pour lyncher ceux que certains ont associés à des monstres », a plaidé John Phillips.

Perdre un enfant « c’est le genre de chose qui peut arriver à tout le monde », a-t-il ajouté au procès du couple, mardi.

En décembre 2014, Jennifer et Jeromie Clark ont été accusés de négligence criminelle ayant entraîné la mort de John, leur enfant de 14 mois, et d'omission de lui fournir les choses nécessaires à son existence.

L’autopsie a révélé que l'enfant était mort de malnutrition et d’une infection au staphylocoque.

Moins de 24 heures

Le 28 novembre 2013, le garçon de 14 mois est amené par ses parents dans un hôpital de Calgary. Le nourrisson est immédiatement pris en charge par les médecins qui décrivent un état « proche de la mort ».

Plusieurs d'entre eux ont attesté que l’enfant avait quatre orteils gangrénés, qu’il était en hypothermie et que son corps était recouvert à 70 % de cloques et d’éruptions cutanées.

Si l'enfant est arrivé à l'hôpital dans un tel état critique, c’est qu’il devait être malade depuis des semaines et aurait dû être amené en consultation bien plus tôt, ont conclu les médecins.

« Cette présentation partiale des choses est accablante [pour les parents], mais c’est un bon exemple de l’importance de juger les gens lors du procès [en bon et due forme] », a affirmé l'avocat John Phillips.

Du point de vue de la défense, les parents n’ont pas tardé à confier leur enfant au corps médical à qui ils faisaient totalement confiance.

L’avocat a également rappelé que les médecins avaient augmenté les niveaux de sodium de l'enfant et lui avaient administré des fluides trop rapidement.

Ces actes ont provoqué une déshydratation grave de l’enfant qui est mort, moins de 24 heures après son admission, avait noté l'ancien médecin légiste de l'Alberta dans son rapport.

« Ce sont des personnes soucieuses de leur santé », a pourtant clamé l’avocat en faisant référence à la nourriture bio pour bébés, aux fruits et aux vitamines retrouvés au domicile des accusés.

Avant de se prononcer, les jurés auront à entendre la plaidoirie de l’avocat de Jeromie Clark, ainsi que les arguments des procureurs de la couronne qui ont appelé 15 témoins à la barre. La plupart sont des experts en santé qui s’entendent pour dire que, si l’enfant avait été amené à l’hôpital plus tôt, il serait probablement encore en vie.

Détails à venir

Alberta

Procès et poursuites