•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aussitôt lancée, l'application de rencontre pour supporteurs de Trump piratée

Nous voyons l'application, ainsi que deux amoureux.
L'application Donald Daters a été piratée en quelques heures seulement. Photo: Capture d'écran
Radio-Canada

Donald Daters, une toute nouvelle application de rencontre destinée aux partisans du président Donald Trump, a été piratée quelques heures seulement après son lancement, rendant accessibles des données personnelles de ses utilisateurs.

C'est un chercheur en sécurité informatique, Baptiste Robert (alias Elliot Alderson), qui a découvert la faille lundi après-midi. L'application avait été dévoilée en grande pompe le matin même. Selon le chercheur, certaines informations privées, dont les noms des utilisateurs et leurs photos de profil, étaient accessibles dans une banque de données publiques.

Celle-ci permettait aussi possiblement aux personnes malveillantes de consulter les jetons d'accès des utilisateurs de Donald Daters. Ces jetons donneraient la possibilité aux pirates d'accéder aux comptes et aux messages privés des utilisateurs.

Les concepteurs de l'application ont réagi mardi matin, confirmant la présence de la faille de sécurité. « Nous avons agi rapidement et de façon décisive pour réparer cette erreur et mettre en place toutes les mesures pour que cela ne se reproduise plus », a affirmé dans un communiqué la présidente-directrice générale de Donald Daters, Emily Moreno.

« Personne n'a accédé aux adresses courriel, aux numéros de téléphone, aux numéros de carte de crédit ou à d'autres informations sensibles », assure-t-elle.

Malgré un prix d'abonnement de près de 30 $US par mois, plusieurs observateurs avaient remarqué lundi que l'application semblait mal construite. Des journalistes du site spécialisé Motherboard avaient téléchargé l'application et constaté qu'elle leur suggérait d'aimer les profils d'hommes un peu partout au pays (Nouvelle fenêtre), alors qu'ils avaient demandé de voir des profils de femmes à New York.

« Motherboard ne peut pas écarter la possibilité qu'il s'agisse d'une attrape pour piéger les électeurs du parti républicain », ont-ils plaisanté.

Avec les informations de Motherboard, et Techcrunch

Applications mobiles

Techno