•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Ballet national du Canada à la conquête de la Russie

Le reportage de notre correspondante à Moscou, Tamara Alteresco

Près de 100 danseurs du Ballet national du Canada se trouvent cette semaine dans le pays qui a donné naissance à de grands classiques comme le Lac des cygnes, Casse-Noisette et La belle au bois dormant. C'est toutefois des œuvres contemporaines que la compagnie présente en Russie.

Le public réuni à Moscou semblait conquis, lundi, lors du spectacle d’ouverture de la tournée du Ballet national du Canada en Russie. Celle-ci a été possible grâce à une invitation de l'illustre ballerine Diana Vishneva, organisatrice du festival Context.

L’événement vise à mettre de l’avant des œuvres contemporaines, selon la directrice artistique du Ballet national du Canada, Karen Kain. « Les étoiles se sont alignées. Diana est quelqu’un en qui j’ai une grande confiance », explique celle qui a découvert la Russie en 1973; elle était alors une jeune danseuse.

La compagnie canadienne présentera trois spectacles contemporains pendant sa tournée : L'être et le néant, du Québécois Guillaume Côté (présenté en ouverture), Emergence, de Crystal Pite, et Paz de la Jolla, de Justin Peck.

Un danseur tient d'une main une danseuse penchée en arrière. À gauche, on voit un lit avec un drap défait.Une scène de L'être et le néant, présenté par le Ballet national du Canada à Moscou lundi Photo : Karolina Kuras/Ballet national du Canada

Cette visite du Ballet national du Canada a lieu alors que les relations diplomatiques entre Moscou et Ottawa ne sont pas au beau fixe, notamment depuis l’annexion de la Crimée, décidée par Vladimir Poutine en 2014. Par ailleurs, en mars dernier, le Canada a annoncé l’expulsion de plusieurs diplomates russes.

Pourtant, Karen Kain affirme que la politique n’a aucune influence dans la tournée. « L’art transcende la politique, et ils doivent être dissociés. Nous partageons cet art que tout le monde aime », estime-t-elle.

De son côté, Guillaume Côté voit dans l’événement la preuve de l’intérêt pour la danse canadienne dans le monde. « Ça montre vraiment comment la culture a avancé au Canada », dit le chorégraphe, également premier danseur du Ballet national du Canada.

L’artiste québécois s’est déjà produit en Russie, après avoir été invité par certaines compagnies. Il loue la faim du public local pour la nouveauté, le contemporain et l’innovation.

Avec les informations de CBC

Arts de la scène

Arts