•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce que vous promettent les candidats à la mairie de Winnipeg

Huit personnes assises sur des chaises hautes, sur un podium.
Les huit candidats à la mairie de Winnipeg lors d'un débat à l'aube des élections municipales du 24 octobre. On trouve, dans l'ordre habituel, Umar Hayat, Brian Bowman, Don Woodstock, Tim Diack, Jenny Motkaluk, Venkat Machiraju, Ed Ackerman et Doug Wilson. Photo: Radio-Canada / Jaison Empson
Radio-Canada

Huit candidats s'affrontent dans la course à la mairie de Winnipeg. Bien qu'ils ne fassent pas tous campagne avec la même intensité, ils se sont exprimés sur plusieurs enjeux depuis le début de la course.

Voici un résumé des principaux engagements des candidats jusqu'ici.

Brian Bowman

Impôt foncier : Il propose une hausse de 2,33 % par an pendant 4 ans, ce qui injecterait 13,7 millions de dollars de plus dans les coffres de la Ville en 2019.

Autres engagements financiers : aucune hausse d’impôt pour les réseaux d'égout et d’aqueduc pendant le prochain mandat.

Portage et Main : Il souhaite ouvrir l’intersection aux piétons, mais promet de respecter le résultat du référendum.

Transport en commun : Il veut utiliser 4,1 millions de dollars qui devaient servir au remplacement du toit du garage d’autobus de Fort Rouge pour construire 55 nouveaux abribus chauffés.

Loisirs : Brian Bowman veut ajouter 4 millions de dollars à un engagement de 7,2 millions de dollars pour la construction d’un nouveau centre de loisirs dans le quartier Waverley West. L’argent proviendrait des revenus tirés des redevances de développement. Il souhaite aussi faire passer le budget du renouvellement des centres communautaires de 965 000 $ à 2 millions de dollars par an, et s'engage à allouer 50 000 $ de son budget discrétionnaire pour effectuer des vérifications d’antécédents judiciaires de bénévoles des centres communautaires.

Portrait de Brian Bowman, dehors, devant un microBrian Bowman espère un deuxième mandat à la mairie de Winnipeg. Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Crise de la méthamphétamine et des opioïdes : Il envisage de rétablir des centres d’injection supervisée et veut définir une stratégie avec les autres ordres de gouvernement.

Criminalité : Il parle de retirer les heures supplémentaires du calcul du régime de retraite des policiers afin d'épargner 1,5 million de dollars par an. Le maire sortant utiliserait 100 000 $ du budget discrétionnaire du maire pour la prévention du crime.

Hôtel de Ville : Le comité consultatif sur l'accès, le comité sur l'équité citoyenne et le comité consultatif sur les aînés seraient regroupés un seul comité des droits de la personne. Brian Bowman veut créer de nouvelles politiques pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants. Il veut rendre publics les frais de déplacement des hauts fonctionnaires et créer une liste de règlements municipaux pour améliorer les affaires commerciales à Winnipeg. Il souhaite créer un comité de consultation de jeunes entre 15 et 21 ans.

Environnement : Il veut que Winnipeg procède à la collecte les déchets organiques et invite la province à lancer une discussion pour interdire les sacs de plastique.

Infrastructure : Brian Bowman veut créer un groupe de travail pour examiner les pratiques dans le domaine de la construction et réfléchir à la possibilité de travailler 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Jenny Motkaluk

Impôt foncier : Elle parle d'augmenter les impôts fonciers de 1,16 % chaque année pendant 4 ans pour générer 6,8 millions de dollars en 2019. Elle offrirait des réductions aux propriétaires pour qu'aucune résidence occupée par le propriétaire n'ait de hausse supérieure à 1,16 %.

Portage et Main : Elle souhaite garder l’intersection fermée aux piétons.

Environnement : Elle propose de dépenser jusqu'à 1,5 million de dollars pour réduire les épisodes de déversement des égouts dans les cours d'eau. Selon elle, Winnipeg devrait faire la collecte des déchets organiques, mais ne devrait pas interdire les sacs en plastique.

Infrastructure : La candidate priorise le prolongement du chemin Chief Peguis vers l'ouest et veut modifier les politiques relatives aux contrats d’approvisionnement, afin que le prix le plus bas pour les travaux de conception et d'ingénierie ne constitue pas la seule qualification à l'émission d'un contrat. Elle veut aussi remplacer le pont Louise.

Circulation : Jenny Motkaluk promet de dépenser entre 5 et 6 millions de dollars pour installer davantage de panneaux d’alerte visibles dans les zones de circulation scolaire et avant les intersections à grande vitesse.

Une femme devant un podium installé sur une étendue d'herbe, accompagnée d'un homme qui, derrière elle, l'écoute prononcer un discours. En arrière-plan, le pont Louise.La candidate à la mairie de Winnipeg Jenny Motkaluk a reçu le soutien des conseillers sortants Jason Schreyer (photo), Janice Lukes, Jeff Browaty et Ross Eadie. Photo : Radio-Canada / Camille Gris Roy

Transport en commun : La candidate promet d’arrêter la construction des corridors de transport rapide une fois le corridor sud-ouest terminé. Elle consacrerait 581 millions de dollars sur cinq ans à l'électrification des autobus de la ville.

Criminalité : Jenny Motkaluk veut doubler, en quatre ans, le nombre d’élèves à l’académie de police. Elle promet la création d'un fonds de prévention du crime de 500 000 $ en réduisant le budget discrétionnaire du bureau du maire et en puisant dans d'autres enveloppes du budget municipal. Elle créerait un groupe de travail afin d'amener davantage de policiers dans les rues et réorienter des fonds municipaux pour permettre à la police de prendre l'autobus.

Crise de la méthamphétamine et des opioïdes : Elle veut demander à la province d'accorder 100 000 $ à la construction d'un centre de traitement de la méthamphétamine, et prévoit que la masse salariale annuelle du centre serait de 400 000 $. Le projet serait financé à même les fonds de la Ville si la province refuse. Jenny Motkaluk veut créer une équipe spéciale de policiers dont le mandat serait d’arrêter les revendeurs de méthamphétamine, sans frais supplémentaires pour la Ville.

Hôtel de Ville : La candidate veut transférer autant d’appels que possible du service téléphonique 311 vers les différents services municipaux pendant les heures de bureau. Elle invitera tous les conseillers à une séance de planification stratégique.

Don Woodstock

Impôt foncier : Don Woodstock veut imposer un gel des taxes foncières pendant quatre ans.

Autres engagements financiers : Il veut éliminer les redevances de développement.

Portage et Main : Il souhaite garder l’intersection fermée aux piétons.

Crise de la méthamphétamine et des opioïdes : Il veut construire un centre de traitement.

Don Woodstock, debout devant un écran géant, lors d'un débat public.Don Woodstock est l'un des huit candidats à la mairie de Winnipeg. Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Transport en commun : Il propose de dépenser 2 milliards de dollars pour un système de train léger sur rail.

Hôtel de Ville : Il veut empêcher les hauts fonctionnaires d’avoir des relations amoureuses avec leurs employés et parle de réduire à cinq membres le nombre de personnes siégeant au comité exécutif de la Ville.

Environnement : Il souhaite que la Ville fasse la collecte des déchets organiques en plus d'interdire les sacs de plastique.

Tim Diack

Impôts fonciers : Le candidat veut augmenter les impôts fonciers de 1,2 % en 2019 pour amasser 6,8 millions de dollars supplémentaires. Il promet ensuite de faire un gel des impôts fonciers en 2020 et de les réduire en 2021.

Portage et Main : Selon lui, Winnipeg a des problèmes plus urgents.

Infrastructure : Tim Diack souhaite augmenter le budget de réfection des routes de 3 % par année.

Portrait de Tim Diack, un homme d'une cinquantaine d'années, cheveux gris et lunettes, lors d'un point de presse.Le policier Tim Diack est l'un des huit candidats à la mairie de Winnipeg. Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Criminalité : Il souhaite faire payer la facture aux criminels et acheter de nouveaux téléphones portables et ordinateurs aux policiers. Il veut munir les autobus de boutons d'urgence.

Crise de la méthamphétamine et des opioïdes : Tim Diack propose la construction d’un centre de traitement de la psychose à la méthamphétamine de 50 à 100 places. Il veut aussi créer une unité de 12 policiers responsables de surveiller le Centre des sciences de la santé.

Environnement : Winnipeg devrait faire la collecte des déchets organiques et interdire les sacs de plastique.

Doug Wilson

Impôts fonciers : Doug Wilson n’a aucune position sur le sujet.

Portage et Main : Il veut ouvrir l’intersection aux piétons d’ici 2050.

Environnement : Winnipeg devrait faire la collecte des déchets organiques et interdire les sacs de plastique.

Doug Wilson, assis sur un podium, s'exprime lors d'un débat des candidats à la mairie.Doug Wilson, ancien maire de Morden, est candidat à la mairie de Winnipeg. Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Ed Ackerman

Impôt foncier : Le candidat n’a aucune position sur le sujet.

Portage et Main : La position d’Ed Ackerman sur la question nécessite plus d’éclaircissement.

Un homme, portant un chapeau, assis devant un grand écran, l'air pensif.Ed Ackerman est candidat à la mairie de Winnipeg. Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Venkat Machiraju

Impôts fonciers : Il souhaite réduire de 5 % les impôts fonciers, ce qui entraînerait une diminution de 29,3 millions de dollars des revenus de la Ville en 2019.

Autres engagements financiers : Venkat Machiraju veut éliminer les redevances de développement.

Portage et Main : Sa position nécessite plus d’éclaircissement.

Infrastructure : Il souhaite terminer la route périphérique et éliminer le fluorure de l'eau potable.

Environnement : Winnipeg devrait faire la collecte des déchets organiques et interdire les sacs de plastique.

Hôtel de Ville : Il veut créer un nouveau département chargé de la circulation piétonnière.

Un homme à lunettes, assis sur une estrade, un écran géant en arrière-plan.Venkat Machiraju est l'un des huit candidats à la mairie de winnipeg Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Umar Hayat

Impôts fonciers : Il souhaite réduire les impôts fonciers des citoyens, sans préciser comment.

Portage et Main : Le candidat souhaite garder l’intersection fermée aux piétons.

Crise de la méthamphétamine et des opioïdes : Il se dit en faveur d’un centre d’injection supervisée.

Criminalité : Il ne veut pas augmenter le budget de la police.

Infrastructure : Il est en faveur des projets de construction 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Un homme, veston noir et chemise rouge, sur l'estrade, prononce un discours et lève la main.Umar Hayat est l'un des huit candidats à la mairie de Winnipeg. Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Transport en commun : Il veut arrêter la construction des corridors de transport rapide.

Économie : Il espère attirer plus d'investissements étrangers à Winnipeg et construire une épicerie au centre-ville.

Environnement : Winnipeg devrait faire la collecte des déchets organiques, mais ne devrait pas interdire les sacs en plastique.

Arts : Il veut reprendre la subvention municipale qui a été remise au Centre d'art inuit du Musée des beaux-arts de Winnipeg.

Hôtel de Ville : Il souhaite abolir le comité exécutif de la Ville de Winnipeg.

Avec des informations de CBC.

Manitoba

Politique municipale