•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élection scolaire : rien n’est plus important que l’éducation pour Michel Simard

Michel Simard est venu en studio parler de ses priorités pour la Division scolaire franco-manitobaine.
Michel Simard souhaite être réélu commissaire pour la région urbaine à la Division scolaire franco-manitobaine. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Élu pour la première fois commissaire à la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) il y a quatre ans, Michel Simard souhaite être réélu pour faire sa part pour une communauté scolaire qui lui a beaucoup donné.

La petite enfance, les infrastructures et la programmation culturelle font partie des priorités de Michel Simard, candidat pour la DSFM dans la région urbaine.

En vue des élections scolaires à la Division scolaire franco-manitobaine(DSFM), les six candidats dans la région urbaine et les quatre candidats dans la région Est répondent ces jours-ci au questionnaire d’ICI Manitoba.

Qu’est-ce qui vous pousse à présenter votre candidature?

Je me présente à nouveau parce que j’ai à cœur l’éducation en français. Mes enfants ont bien profité de l’offre de services de la DSFM, et maintenant, c’est au tour de mes petits-enfants. À mon avis, l’éducation est l’institution la plus importante pour assurer un avenir des plus prometteurs pour la collectivité francophone au Manitoba.

Quels sont les trois grands problèmes majeurs en ce moment à la DSFM et comment voulez-vous vous y attaquer?

1. La petite enfance
Il est très important de créer des garderies francophones ainsi que des programmes de prématernelle à temps plein. En offrant un milieu français et une éducation française très tôt dans le cours du développement des élèves, on augmente beaucoup la possibilité qu’ils puissent parler et écrire le français avec assurance.

Il faut continuer à appuyer des projets avec des collaborations qui permettent la réalisation de garderies francophones ou encore la croissance de garderies déjà existantes.

Il faut sensibiliser les gouvernements à l’importance d’intervenir très tôt, surtout lorsqu’il s’agit d’enfants en milieu minoritaire. D’où l’importance d’investir très tôt dans leur développement.

2. Les infrastructures

Il faut construire bon nombre d’écoles afin de bien desservir notre clientèle et d'assurer une meilleure croissance de la population étudiante à la DSFM. Il y a des besoins criants dans des endroits stratégiques en milieu urbain et rural.

Il faudra continuer les efforts pour trouver et acheter des terrains permettant de construire des nouvelles écoles.

Michel Simard, candidat dans la région urbaine

Il faudra continuer les moyens de pressions auprès des gouvernements afin qu’ils investissent dans des nouvelles écoles pour ainsi créer assez de points de services afin de répondre à la demande sur l’ensemble du territoire manitobain, incluant bien sûr une école pour les métiers.

3. Programmation culturelle et leadership
À mon avis, ça demeure une grande priorité de créer un milieu où les élèves se sentent bien à l’aise de parler français, tout en développant des qualités de leadership. Il faut continuer à appuyer les efforts qui permettent la croissance de programmes de leadership comme « J’aime ça ».

Il faut utiliser le Camp Moose Lake comme un levier qui permettra la création de programmation qui donnera aux élèves des expériences positives en français.

Michel Simard, candidat dans la région urbaine

Il faut continuer à bâtir des bons partenariats comme celui avec l’association culturelle pour renforcer nos capacités d’offrir une bonne programmation à nos élèves.

Qu’est-ce que vous apporterez comme commissaire?
Je suis diplômé en sciences politiques de l’Université de Saint-Boniface.

Je suis un ancien journaliste à la télévision de Radio-Canada et cela me permet d’apporter des appuis au niveau de la communication.

J’ai travaillé en développement économique, en commerce international et, en ce moment, je dirige ma propre entreprise en gestion de construction. À noter que j’ai siégé au conseil d’administration de la Caisse de Saint-Boniface et j’ai aussi occupé le poste de président au C. A. de Francofonds.

Ce parcours est très utile lorsqu’il s’agit de questions administratives et financières, sans mentionner toutes les questions stratégiques en lien avec la gestion d’une division scolaire.

Que voudriez-vous avoir accompli dans quatre ans?

Je voudrais voir la construction d’écoles et de garderies dans les endroits où le besoin est très important. Je voudrais voir la création de prématernelles à temps plein dans bon nombre de nos écoles.

Je voudrais aussi qu’on puisse établir une école de métier.

Je voudrais constater une augmentation importante d’élèves qui participent à des programmes culturels et de leadership. Que nous puissions offrir encore des meilleurs programmes de recrutement de personnel enseignant et de formation de personnel enseignant.

Bloc-notes électoral

Le vote par anticipation aura lieu :

  • région est : jeudi 18 octobre, de 8 h à 20 h, au bureau divisionnaire de Lorette
  • région urbaine : vendredi 19 octobre, de 8 h à 20 h, École Précieux-Sang

Sur un plan plus personnel…

J’ai 54 ans. Je m’intéresse beaucoup à l’histoire, soit par la lecture ou le cinéma. J’aime beaucoup le hockey et je suis un grand partisan des Jets de Winnipeg.

Bloc-notes électoral

Le 24 octobre 2018, les électeurs admissibles votent dans l’école la plus proche de leur maison.

Il n’y aura pas d’élection dans les régions Sud et Nord et Ouest, où les commissaires Joël Lemoine, Denis Clément, Bernard Lesage et Antonio Simard ont été réélus sans opposition.

Manitoba

Éducation