•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Routes, congestion, personnes âgées : ce que disent les candidats dans Saint-Vital

Collage de deux photos : à gauche, une photo un peu jaunie du candidat Sharma, et à droite, Brian Mayes, marchant dans la rue.
Le candidat Baljeet Sharma (à g.), estime qu'il est temps de remplacer Brian Mayes (à dr.) à l'Hôtel de Ville. Brian Mayes, lui, veut continuer le travail pour Saint-Vital. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

À Saint-Vital, les candidats aux élections municipales veulent entre autres améliorer les routes. Le conseiller sortant, Brian Mayes, souhaite poursuivre le travail qu'il a commencé il y a sept ans, mais d'après son adversaire, Baljeet Sharma, l'heure du changement a sonné.

Un texte de Camille Gris Roy

Les routes et les rues : Brian Mayes a souvent entendu ces mots dans la campagne. « Dans le nord de Saint-Vital, il y a les problèmes avec les ruelles en gravier. Mais pour le quartier [dans son ensemble], premièrement c'est les rues », décrit le conseiller sortant, qui représente Saint-Vital depuis 2011.

Saint-Vital comprend deux axes routiers importants, les chemins Sainte-Anne et St. Mary's, que beaucoup de résidents empruntent pour leurs déplacements quotidiens.

« Il y a des problèmes avec la circulation et le système de transport collectif. Je voudrais améliorer la situation avec [le boulevard] Grandin aussi », note Brian Mayes.

Et améliorer ces routes est plus important que d’entamer de nouveaux projets de corridors de transport rapide par autobus, selon le candidat.

Un homme à lunettes, devant l'aréna de Saint-Vital, en entrevue avec Radio-Canada.Brian Mayes, conseiller de Saint-Vital depuis 2011, souhaite obtenir un autre mandat. Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

L’enjeu de la criminalité et des drogues, dont on parle beaucoup à l’échelle de la ville dans la campagne, n’épargne pas non plus Saint-Vital, même si « ce n’est pas un aussi grand problème qu’à Saint Boniface ou d’autres quartiers », constate Brian Mayes.

Là-dessus, il souhaiterait améliorer le fonctionnement du conseil de police à l’Hôtel de Ville. « [Présentement], il y a juste un conseiller qui siège au conseil de police. Je voudrais avoir un autre conseiller pour [une meilleure] interaction avec la police. Les conseillers ont des besoins, et c'est important de parler avec la police. »

Nouvelles frontières

Avec la nouvelle carte électorale, Saint-Vital englobe maintenant un quartier de banlieue à l’est, Sage Creek, et les secteurs de Royalwood, Bonavista. Pour Brian Mayes, « c’est beaucoup de porte-à-porte dans ces nouveaux endroits. C’est un défi et c’est important de parler au gens ».

« À Sage Creek par exemple, il y a d’autres problèmes, comme le besoin d'une nouvelle école. »

Un quartier résidentiel de type banlieue : une rangée de maisons assez récentes.Le quartier de Sage Creek fait maintenant partie de la circonscription municipale de Saint-Vital. Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

« Il y a aussi un besoin de centre communautaire dans le sud-est. Il faut travailler avec la province, le gouvernement fédéral et les citoyens pour des options : peut-être un centre à Bonavista? des terrains de tennis à Sage Creek? Il y a beaucoup d’idées, mais on doit chercher le budget. »

Le candidat assure enfin qu’après sept ans en poste, il n’a pas perdu son énergie.

J'habite à Saint-Vital avec ma famille, c'est important pour moi de continuer le travail pour le quartier. C'est l'endroit que j'aime.

Brian Mayes, candidat dans Saint-Vital

« Le temps du changement »

Son adversaire, Baljeet Sharma, habite Saint-Vital depuis 20 ans. « J’ai pu rencontrer les gens d’ici chaque jour. Je suis au courant des enjeux et inquiétudes », déclare-t-il dans un courriel à Radio-Canada.

Il considère cependant qu’il est « grand temps » d’avoir un changement de conseiller, et affirme que les électeurs qu’il rencontre sont enthousiastes à l’idée d’un renouveau. « Tant d’années, ça peut mener à un sentiment de léthargie et de complaisance. »

Saint-Vital ne peut pas se permettre encore quatre ans avec la même personne [...]. La stagnation ce n’est pas une bonne chose, en particulier en politique.

Baljeet Sharma, candidat dans Saint-Vital

Sa liste d’enjeux est longue, mais beaucoup ont aussi rapport avec les routes et les rues, ainsi que le sort des personnes âgées : «  les ruelles non pavées, le déneigement prioritaire des trottoirs, en particulier dans les secteurs où des aînés habitent, les dos-d’âne dans les zones scolaires...  »

Gros plan sur une pancarte électorale de Baljeet Sharma, plantée sur une étendue d'herbe. La pancarte dit, en anglais : « Oui! Vous méritez mieux cette fois ».Baljeet Sharma est candidat au poste de conseiller de Saint-Vital. Photo : Radio-Canada

Il y a aussi la simplification du service de transport adapté Handi Transit. « Il y a une grande demande pour un tarif réduit pour les services d’ambulance pour les aînés, qui ont un maigre revenu de pension et des problèmes reliés à l’âge et la santé », ajoute-t-il. Le candidat souhaite également un répit sur l’impôt foncier, et voudrait qu'on puisse remédier aux problèmes de sécurité qu'entraînent les drogues.

Baljeet Sharma aimerait voir la Ville, par ailleurs, aider davantage les nouveaux arrivants. « Je veux [plus de services] pour les immigrants dans le quartier pour assurer une intégration plus rapide, et plus de programmes de formation axés sur le marché de l’emploi. »

Des voitures roulent dans les deux sens sur une avenue à trois voies de chaque côté. On voit également un autobus.Circulation à Winnipeg sur le chemin St. Mary's. Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

Sur le transport collectif, ses propos rejoignent ceux de Brian Mayes. « Je pense que nous avons besoin d'un peu plus de brainstorming et de délibérations et nous devons impliquer tous les électeurs du secteur avant de passer au système de transport rapide par autobus. Entre-temps, d'autres priorités peuvent passer en premier. »


Ce que les candidats ont à dire sur…

la place du français à Winnipeg :

B.M. : « Depuis quatre ans, on a commencé les services de traduction pendant les rencontres du conseil. Il y a eu d’autres projets comme la statue de Louis Riel, le sentier de la Giclais. C'est important pour l'histoire de Saint-Vital, les Métis et les francophones. Et c’est important d'utiliser le français - avec des fautes pour moi - et l'utiliser avec les autres conseillers. »

B.S. : Améliorer services aux francophones? « Oui, pourquoi pas. Les langues sont un grand atout de toute société progressiste. Winnipeg est une ville où de nombreuses langues sont parlées et nous en sommes fiers. »

Portage et Main :

B.M. : « Tous les autobus pour Saint-Vital passent par Portage et Main et pour moi, il n'y a pas de planification pour le système d'autobus, donc je vote non. »

B.S. : « Non, je ne soutiens pas la réouverture de Portage et Main. En particulier à un moment où nous avons des inquiétudes plus graves et des enjeux qui doivent être traités en priorité. »

les candidats à la mairie :

B.M. : « Je vais voter pour le maire Bowman, mais je connais Jenny Motkaluk, j’ai travaillé avec elle pour le projet de Dakota Collegiate, c'est une femme intelligente et je peux travailler avec elle. Mais le maire aide Saint-Vital et je vais voter pour lui. »

B.S. : « N'importe qui sauf le maire sortant. »

Pour en lire plus sur les élections municipales au Manitoba : consultez notre page spéciale

Manitoba

Politique municipale