•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau coup d’éclat des infirmières de l'Outaouais

Lyne Plante sur un tas de citrons devant des membres de son syndicat.
La présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais a remis 2800 citrons au PDG du CISSS de l'Outaouais, Jean Hébert. Photo: Radio-Canada / Laurie Trudel

La tension est à son comble entre le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais et le Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais (SPSO-FIQ), à quelques jours de l'échéance pour le renouvellement de la convention collective des infirmières, le 21 octobre.

Lundi, les infirmières ont bloqué la sortie des cadres en fin de journée afin de leur montrer ce qu’est le temps supplémentaire obligatoire, disent-elles. Ce « sit-in » a eu lieu à l’hôpital de Gatineau.

Mardi, Lyne Plante, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO-FIQ), a posé un nouveau geste d’éclat pour faire part de ses revendications au président-directeur général du CISSS de l’Outaouais, Jean Hébert.

Elle lui a remis le « prix Citron » du pire employeur du réseau de la santé en raison des lents progrès effectués dans les négociations amorcées en octobre 2017. Mme Plante, accompagnée de militantes, s’est rendue devant les bureaux de la direction du CISSS et y a déposé 2800 citrons, parce qu'il presse le citron des 2800 professionnels en soins de l'Outaouais, a fait valoir Mme Plante.

C’est ce que l’on semble être pour M. Hébert, de simples citrons à presser pour en extraire le plus possible. Il remporte donc le prix Citron du pire employeur du Québec pour les membres de la FIQ, a affirmé Mme Plante dans un communiqué transmis mardi.

C'est important d'avoir des conditions de travail humaines et décentes, parce que de la façon qu'on s'en va, on s'en va dans le mur.

Lyne Plante, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais

Bien que M. Hébert affirme publiquement que les négociations avancent, Lyne Plante a soutenu que ce n’était pas le cas. Elle a dit croire que le CISSS de l’Outaouais a retardé des dépôts de textes et annulé la majorité des séances de négociation prévues.

Or, le CISSS de l’Outaouais est le seul établissement de santé qui n’est pas encore parvenu à s’entendre avec ses professionnelles en soins affiliées à la FIQ.

Encore des questions en litige

Lyne Plante a expliqué que lesgrosses matières restent à régler, notamment les vacances, les fins de semaine et la garde des infirmières. Elle prévoit d'autres moyens de pression d'ici à la date butoir du 21 octobre pour que les dossiers non réglés le soient rapidement.

Le SPSO-FIQ s'est dit choqué par ce qu’il qualifie de manque de respect de l’établissement envers ses professionnelles en soins qui désirent l’amélioration de leurs conditions de travail. [Ça] va à l’encontre de ce à quoi le PDG s’était pourtant engagé, a dit Mme Plante, qui doute de la bonne volonté du CISSS de parvenir à un règlement négocié, peut-on lire dans un communiqué.

Jean Hébert accepte un citron de la part de Lyne Plante. Jean Hébert a reçu le prix Citron des mains de Lyne Plante. Photo : Radio-Canada

Nos préoccupations, c'est de répondre aux besoins de la population sur l'ensemble du territoire de l'Outaouais et en même temps de pouvoir avoir les outils pour permettre cette offre de service là, aussi des outils pour pouvoir supprimer le temps supplémentaire obligatoire, a affirmé le dirigeant.

Il reste quelques points qu'on va discuter [...] pour voir si on est capables de se rapprocher encore plus, a indiqué M. Hébert, ajoutant qu'il ne négociera pas sur la place publique.

Réunion en après-midi

La présidente du syndicat s'est réunie pendant une heure avec la direction du CISSS de l'Outaouais au cours de l'après-midi, mardi.

Elle a soutenu que de bonnes discussions ont eu lieu. On a senti une ouverture de l’employeur. C’est sûr qu’il y a des matières incontournables. Elle n’a pas voulu s’avancer sur ces questions par respect pour le comité de négociation.

Négocier, ça ne me dérange pas. On peut négocier 16 h par jour pour arriver à une entente négociée.

Lyne Plante, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais

Elle est sortie satisfaite de cette rencontre avec la direction du CISSS de l’Outaouais et a affirmé se sentir un peu plus confiante de pouvoir arriver à une entente avec la direction du CISSS.

On est prêts à négocier jour et nuit s’il le faut pour arriver à une entente négociée, a-t-elle conclu.

Relations de travail

Société