•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales : des visions différentes pour l’avenir de Victoria

Vue de nuit sur le port et le parlement illuminés à Victoria.

Dix candidats tenteront de devenir maire de Victoria lors des élections du 20 octobre.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le manque de logements abordables, le transport urbain et la transparence dans les prises de décision du conseil municipal sont au cœur des préoccupations soulevées par les candidats à la mairie de Victoria, en vue des élections municipales du 20 octobre.

Un texte de Michaële Perron-Langlais

La mairesse sortante, Lisa Helps, fait face à neuf opposants pour le poste de maire de la capitale provinciale, dont les principaux sont Stephen Hammond et Michael Geoghegan, deux nouveaux venus en politique municipale.

Comme dans plusieurs villes de la Colombie-Britannique, la crise du logement est mentionnée comme étant un problème prioritaire, tant par les électeurs que par les candidats.

Les candidats à la mairie de Victoria s’entendent sur l’urgence d’agir relativement au manque de logements abordables, mais ils ont des visions différentes quant aux façons de faire face au problème.

« Il y en a qui pensent qu’il faut travailler avec la province de manière beaucoup plus engagée, et il y a aussi des gens qui pensent qu’il faut agir au niveau de la planification », remarque le professeur en politiques publiques à l’Université de Victoria Emmanuel Brunet-Jailly.

Le transport, un sujet qui divise

Les candidats à la mairie de Victoria se distinguent également par leurs positions sur le transport.

Le réseau de voies réservées aux cyclistes, mis en place par l’administration de Lisa Helps dans les dernières années, est une mesure qui ne fait pas l’unanimité auprès de la population.

Lisa Helps, c’est quelqu’un qui a une vision à long terme, peut-être aux dépens, en quelque sorte, de l’impact immédiat de certaines politiques.

Emmanuel Brunet-Jailly, professeur en politiques publiques, Université de Victoria

« Ça peut jouer en sa faveur parce que, concrètement, elle est la première maire de Victoria qui a fait quelque chose pour permettre aux gens qui ont des vélos de se déplacer en ville de manière sécuritaire, pense le professeur Brunet-Jailly. Et en même temps, il y a beaucoup de gens qui critiquent le fait qu’on crée des couloirs de transports plus étroits pour les voitures. »

Michael Geoghegan croit que la Ville a fait une erreur en construisant ces infrastructures sur des artères principales. « Cela aurait dû être fait sur les routes secondaires », affirme-t-il.

L’équipe de New Council, le parti de Stephen Hammond, propose de son côté d’établir un plan « qui prend en compte toutes les formes de mobilité et qui considère que les automobiles demeurent un moyen de transport fondamental ».

Changements climatiques, transparence et qualité de vie

Si le logement et le transport reçoivent beaucoup d’attention dans cette campagne électorale, d’autres questions préoccupent également les candidats.

Pour Lisa Helps, les changements climatiques devraient prendre plus de place dans les débats. « Les villes ont un rôle important à jouer pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, souligne-t-elle. Le fait que cette question ne soit presque pas abordée dans cette campagne m’inquiète beaucoup. »

La mairesse sortante propose une série de mesures pour lutter contre les changements climatiques, qui portent principalement sur les édifices, le transport et la gestion des déchets.

Dans sa plateforme, Stephen Hammond insiste quant à lui sur l’importance pour le conseil municipal de consulter la population et d’être transparent dans sa prise de décisions, un point sur lequel s’entendent l’ensemble des candidats.

De son côté, Michael Geoghegan aimerait améliorer la qualité de vie des familles, notamment en permettant aux enfants d’accéder gratuitement à certains services. « Je crois que, quand on a des enfants plus heureux et plus en santé, on a une ville plus heureuse et plus en santé », dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !