•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élection scolaire : Paul La Roque et l’expérience de la planification

Paul La Rocque en gros plan. Il porte un habit, des fleurs à la boutonnière et il sourit.
L'aspirant commissaire Paul La Rocque présente sa candidature à la commission scolaire pour la première fois. Photo: Paul La Rocque
Radio-Canada

Ingénieur en télécommunications, Paul La Roque voudrait mettre ses compétences en planification et en innovation au service des écoles françaises.

Paul La Roque est un des quatre candidats qui se disputent les deux postes de commissaires dans la région Est de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM).

En vue des élections scolaires à la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM), les six candidats dans la région urbaine et les quatre candidats dans la région Est répondent ces jours-ci au questionnaire d’ICI Manitoba.

Qu’est-ce qui vous pousse à présenter votre candidature?

J’ai lu l’annonce pour les élections dans La Liberté le mois passé et je me suis dit : Hé! ma femme a enseigné à Lagimodière, Saint-Joachim et maintenant Gabrielle-Roy. Ensemble nous avons cinq enfants dans la DSFM. Nos amis travaillent à la DSFM. J’entends parler de l’école à tous les jours. J’ai le pouls de ce qui se passe dans nos écoles et avec nos élèves.
J’en ai parlé avec ma femme et elle m’a encouragé à me présenter comme candidat.

Quels sont les trois grands enjeux majeurs en ce moment à la DSFM et comment voulez-vous vous y attaquer?

Selon une entrevue avec Michel Boucher, ancien vice-président de la CSFM, dans un article publié par Radio-Canada le 19 septembre, les trois plus grands défis sont :

1. Une école de métiers
Les élèves de la Région Est doivent [s'inscrire dans des] programmes qui sont souvent seulement disponibles en anglais. Si j’étais élu, je voudrais premièrement comprendre où sont les besoins pour l’ensemble des élèves, comparé aux besoins d’apprentissage. Étant donné que nous sommes une petite division comparée aux écoles anglophones de la ville, nous aurons des choix à faire vis-à-vis le plan stratégique.

Nos élèves auront toujours l'occasion d’étudier n’importe quel métier après leur secondaire avec leur bonne compréhension de l’anglais qu’on leur enseigne.

Mais pour la plupart, nos écoles offrent probablement la dernière occasion de maîtriser l’enseignement en français.

Paul La Roque, candidat dans la région Est

Alors nous devons nous assurer que nos efforts pour créer des options dans les métiers ne se font pas aux dépens de l’enseignement de base en français, mathématiques et sciences. Je crois que les parents envoient leurs enfants à la DSFM d'abord pour apprendre et vivre en français, et que les métiers sont un bonus, mais pas forcément une priorité. Dans un certain sens, nous pouvons constater que nous avons les meilleures écoles dans la province pour notre raison d’être – apprendre et vivre en français dans un lieu minoritaire!

2. Agrandissement des écoles
Nos écoles ne sont pas différentes des écoles anglophones en ville. On a tous besoin de plus de classes pour nos élèves. Il faut continuer à se battre pour des fonds publics de la province. Je vois que ce défi appartient au Bureau de l’éducation française, et que je serai là pour appuyer la cause comme commissaire.

3. Services aux élèves
Nous avons de plus en plus de familles exogames et souvent nos élèves arrivent dans nos écoles avec un niveau de français qui n’est pas à la hauteur pour une école dont la première langue d’enseignement est le français. Nous ne voulons surtout pas leur refuser l’enseignement, mais toutefois nous devons aussi nous assurer qu’on ne retarde pas les autres non plus.

Les élèves ainsi que nos nouveaux enseignants arrivants ont besoin de l’appui en classe par des leaders orthopédagogiques pour offrir un meilleur service aux élèves. Ce sera ma priorité si je suis élu.

Selon moi, c’est le plus important défi sur lequel les commissaires doivent mettent l’accent.

Paul La Roque, candidat dans la région Est

Qu’est-ce que vous apporterez comme commissaire?

Je travaille comme ingénieur en télécommunications depuis 25 ans. J’ai beaucoup d’expérience dans le développement de plans stratégiques et opérationnels. Chez BellMTS, nous implantons plusieurs mesures, indicateurs et sondages pour bien mesurer comment on exécute notre plan opérationnel. On revoit ces mesures régulièrement et on les partage avec nos employés.

Si j’étais élu, je voudrais voir quelles mesures la DSFM utilise, comment on les mesure, et comment on sait qu’on se dirige dans la bonne direction. De cette façon, on peut tenir un compte-rendu sur les résultats et voir le cheminement sur les axes d’intervention du plan stratégique.

Que voudriez-vous avoir accompli dans 4 ans?

Je voudrais établir un tableau de bord prospectif (TBP) pour nos écoles pour mieux évaluer comment nous réussissons à fournir un niveau d’apprentissage élevé. Avec l’aide des mesures et des indicateurs, le TBP permet de mieux évaluer le rendement des services aux élèves par rapport au plan stratégique.

Bloc-notes électoral

Le vote par anticipation aura lieu :

  • région est : jeudi 18 octobre, de 8 h à 20 h, au bureau divisionnaire de Lorette
  • région urbaine : vendredi 19 octobre, de 8 h à 20 h, école Précieux-Sang

Sur un plan plus personnel…

Je suis né à Lorette en 1970 et j’ai été à l’école Lagimodière de la maternelle à la 7e année. Notre famille a déménagé à Saint-Boniface en 1983 et j’ai fait mon présecondaire à l’école Provencher et mon secondaire au Collège Parc Windsor dans le programme « B » (pour ceux qui se souviennent de ça).

J’ai obtenu en 1993 un baccalauréat en génie électrique de l’Université du Manitoba. J’ai fait des études en perfectionnement du français à l’USB et en Technology Management à Red River College.

Mon premier emploi professionnel s'est déoulé à Copenhague et j’ai appris à parler danois. Pendant le dot.com boom, j’ai travaillé avec une start-up qui a par la suite été acquise par Nortel.

Je me suis marié une première fois en 2001 et j’ai été père dans une famille exogame. Mes deux enfants fréquentent présentement le CSLR. J’ai coaché le hockey de mon fils pendant 10 ans et suis certifié par Hockey Canada. Je me suis remarié en 2016 avec Roxanne Tétreault qui a trois enfants au CRGR. J’habite maintenant à Île-des-Chênes.

Je suis une personne curieuse qui joue à l’avocat du diable en questionnant le statu quo, dans le but de trouver de meilleures façons de résoudre des problèmes et aller plus loin.

Paul La Roque, candidat dans la région Est de la DSFM

En ce moment, je suis Manager Network Architecture pour BellMTS où j’ai deux fois obtenu le prix du Président pour le risque et l’innovation, et en 2012 le prix du PDG pour le leader de l’année.

Je suis aussi membre élu de la Chambre de Commerce et vice-président de la Corporation de développement économique (CDC) pour la municipalité de Ritchot.

Bloc-notes électoral

Le 24 octobre 2018, les électeurs admissibles votent dans l’école la plus proche de chez eux.

Il n’y aura pas d’élection dans les régions Sud et Nord et Ouest, où les commissaires Joël Lemoine, Denis Clément, Bernard Lesage et Antonio Simard ont été réélus sans opposition.

Manitoba

Éducation