•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Paradis est pressenti pour présider l’Assemblée nationale

François Legault et François Paradis.
François Legault a proposé le poste de président de l'Assemblée nationale à François Paradis. Photo: The Canadian Press / Jacques Boissinot

Première et unique femme élue à la tête de l'Assemblée nationale, l'ancienne ministre et chef par intérim du Parti québécois (PQ) Louise Harel milite pour qu'une députée de la Coalition avenir Québec (CAQ) obtienne ce même honneur. Le parti de François Legault aurait cependant une autre piste : l'ex-animateur François Paradis.

Un texte de Romain Schué, correspondant parlementaire à Québec

« Il faut absolument une nouvelle femme à la tête de l’Assemblée nationale », clame Louise Harel, dans un entretien accordé à Radio-Canada.

Députée de 1981 à 2008 et 41e présidente de l’Assemblée nationale de 2002 à 2003, Louise Harel voit au-delà « du symbolique ». « Ma nomination, c’était il y a déjà 16 ans. Bernard Landry avait proposé mon nom [avant un vote des députés]. Je souhaite sincèrement que ça arrive à nouveau », dit-elle.

François Legault a l’embarras du choix, il y a des femmes qui ont déjà siégé à l’Assemblée nationale, qui ont de l’expérience.

Louise Harel, ex-présidente de l’Assemblée nationale

Membre du Comité des femmes anciennes parlementaires, un groupe formé en 2016 dont la mission est de promouvoir la place des femmes dans la vie politique, l’ancienne ministre péquiste assure que des « pressions » sont en ce moment exercées auprès de l’équipe de François Legault.

L'ex-politicienne Louise Harel.L'ex-politicienne Louise Harel souhaite qu'une femme prenne la tête de l'Assemblée nationale. Photo : Radio-Canada / Christian Côté

« En 150 ans [l’Assemblée nationale a été créée en 1867], il n’y a eu que Louise Harel, qu’une seule femme. L’idée doit cheminer et, dans un avenir rapproché, il doit y avoir une autre femme. Il faut sensibiliser l’ensemble des députés », souligne Hélène Daneault, qui est également membre de ce regroupement et a été députée de la CAQ de 2012 à 2014.

Le nom de l’ex-avocate Nathalie Roy, députée de Montarville depuis 2012, a notamment circulé au sein de l’entourage de François Legault, mais ce dernier a finalement proposé le poste à François Paradis, député de Lévis depuis 2014.

François Paradis « intéressé »

Plusieurs sources ont confirmé l’intérêt de l’ancien journaliste et animateur pour succéder à Jacques Chagnon, en fonction depuis 2011, comme président de la plus haute institution parlementaire du Québec.

Une intégration au Conseil des ministres – dont la composition sera connue jeudi – aurait aussi été proposée à François Paradis, très présent aux côtés de François Legault durant la campagne électorale. Toutefois, l’élu de 61 ans serait davantage tenté par la direction de l’Assemblée nationale.

« L’idée lui a beaucoup plu, il est intéressé », glisse-t-on du côté de la CAQ. François Paradis n’a pas répondu aux demandes de Radio-Canada.

En cas de refus, le nouveau parti au pouvoir pourrait se tourner vers Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière depuis 2003, qui a préalablement siégé sous les couleurs de l'Action démocratique du Québec, avant de se joindre à la CAQ.

La CAQ souhaite rendre cette institution plus transparente, particulièrement pour ce qui est des dépenses et des missions à l’étranger, critiquées ces derniers mois par divers partis.

Louise Harel veut une loi pour la parité

Alors que 52 femmes (41,6 %) s’apprêtent à siéger à l’Assemblée nationale dans les prochaines semaines, un nombre record, Louise Harel souhaite désormais la mise en place d’une loi pour atteindre, élection après élection, cette zone paritaire [entre 40 % et 60 %].

Les femmes ont représenté 47 % des candidatures des quatre principaux partis aux élections de 2018. Du jamais vu dans la province.

Pour éviter une éventuelle baisse dans les prochaines années, un texte législatif doit être réalisé, affirme l’ex-ministre, qui a déjà évoqué cette idée dans le cadre d’un mémoire présenté en décembre dernier par le Comité des femmes anciennes parlementaires.

« Je me réjouis de voir autant de femmes, on a eu la preuve que c’est possible. Mais maintenant, il faut s’assurer qu'aucun parti ne revienne en arrière. Il faut toujours une loi pour confirmer de grands projets sociétaux », détaille Louise Harel.

Tout le monde a fait des efforts, on doit le saluer et on est très fières des résultats, mais il faut éviter un recul. On l’a déjà vu entre 2012 [32,8 % de femmes élues] et 2014 [27,2 %].

Hélène Daneault, ex-députée de la CAQ

Hélène Daneault souligne par ailleurs l'allure « rafraîchissante » qu'auront les prochains débats, avec la présence de ces nombreuses élues sur les bancs de l’Assemblée nationale.

« Il y aura un changement de ton, moins de combats de coqs et plus de collaboration, reprend-elle. Les femmes, entre elles, ont cette force de pouvoir collaborer et faire fi de la partisanerie. »

Politique provinciale

Politique