•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Profession : sommelier… de cannabis

Une femme s'empare de pots en verre contenant des têtes de cannabis.
Environ 300 personnes ont suivi un cours afin de devenir sommelier de cannabis et venir en aide aux consommateurs. Photo: Associated Press / Brennan Linsley
Radio-Canada

L'industrie du cannabis est en pleine croissance depuis l'annonce de sa légalisation, le 17 octobre. Comme il existe beaucoup de produits, certains consommateurs pourraient avoir besoin d'aide pour en reconnaître les différences. C'est dans ce contexte que des sommeliers de cannabis ont un rôle à jouer.

Un texte de Denis-Michel Thibeault

La propriétaire de CannaReps, Julie Domingo, affirme qu'un sommelier de cannabis est « quelqu’un qui maîtrise le goût du cannabis ».

Les personnes qui suivent la formation apprennent donc l’histoire de la plante, son rôle et ses effets.

« Nous avons des exercices où nous étudions la plante, la tête et ses feuilles », affirme Julie Domingo.

Aleasha Holtby, qui travaille dans l’industrie du cannabis depuis deux ans et qui a suivi la formation de niveau 1 de CannaReps, explique qu’une bonne façon de connaître la qualité du cannabis, c’est de le sentir et de le toucher.

« On voit que les régions [d'où provient le cannabis] et les influences provenant du milieu où les plantes sont cultivées leur donnent des spécificités, affirme-t-elle. On apprend à identifier ces spécificités basées sur la région. »

Outre le toucher et l'odeur, Julie Domingo ajoute que le sommelier de cannabis apprend à identifier une famille de marijuana par la vue, la fumée et l'état des cendres.

Le cours a été conçu pour aider les membres de l’industrie du cannabis à mieux comprendre ce qu’ils vendent, mais plusieurs personnes d'autres domaines professionnels non rattachés à cette industrie ont décidé de devenir sommeliers de cannabis.

« Des gens qui travaillent dans le marketing, dans les médias, des médecins, des pharmaciens, des patients et des consommateurs viennent suivre notre cours, affirme Julie Domingo. C’est très ouvert à différents types de personnes qui veulent apprendre des choses sur le cannabis, puisque le produit est pour tout le monde. »

Julie Domingo explique qu’une meilleure connaissance des produits assurera plus de sécurité aux consommateurs.

« C’est important de connaître ce qu'on fait entrer dans votre corps. C’est important de connaître la qualité », explique la propriétaire de CannaReps.

Jusqu’à présent, l’entreprise a formé environ 300 sommeliers de cannabis de niveau 1 en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario, mais le groupe espère offrir la même formation à travers le Canada. Des cours de niveau 2 et 3 devraient aussi être offerts prochainement.

Avec les informations de Geneviève Murchisson

Manitoba

Drogues et stupéfiants