•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Signes religieux : Arcand ferme la porte au « compromis » suggéré par Taillefer

Pierre Arcand au lutrin, entouré de sept députés libéraux.
Pierre Arcand en conférence de presse avec une partie de son équipe, après l'assermentation des députés libéraux. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les libéraux ne comptent pas faire de compromis sur les valeurs véhiculées par leur formation politique et donc sur leur vision du port des signes religieux et des accommodements raisonnables, a déclaré lundi le chef intérimaire, Pierre Arcand. M. Arcand a ainsi démenti les propos du président de la dernière campagne électorale libérale, Alexandre Taillefer, qui avait affirmé plus tôt que ses collègues et lui avaient abordé lundi « la question de Bouchard-Taylor ».

« Est-ce qu’on doit arriver à un compromis? C’est quelque chose qui va être sur la table, mais ce n’est certainement pas à moi d’en juger », avait déclaré M. Taillefer un peu avant l’assermentation des députés libéraux à l’Assemblée nationale.

En conférence de presse après l'assermentation, Pierre Arcand a rappelé que le gouvernement libéral avait adopté un projet de loi sur la neutralité religieuse peu avant les élections générales (en octobre 2017 en fait, mais en juin, selon lui), projet de loi que son parti continue à défendre, mais qui fait actuellement l'objet d'une contestation judiciaire. Cette loi prévoit notamment que les services publics soient offerts et reçus à visage découvert.

On a adopté à peu près 80 % du rapport Bouchard-Taylor, mais on ne peut pas accepter toutes les recommandations. Ce qu’on a adopté était à notre avis le plus loin où on pouvait aller légalement.

Le chef intérimaire du Parti libéral, Pierre Arcand

Quant aux paroles d'Alexandre Taillefer, M. Arcand les a balayées du revers de la main.

« M. Taillefer a terminé son mandat. Il était responsable de la campagne. Il parle maintenant comme citoyen et c’est tout à fait son droit de s’exprimer comme bon lui semble », a-t-il lancé.

Pierre Arcand affirme toutefois que son parti étudiera le projet de loi que la Coalition avenir Québec (CAQ) pourrait déposer à ce sujet, comme l'a promis le chef François Legault le surlendemain de l'élection. M. Legault souhaite légiférer pour interdire le port de signes religieux chez les employés de l'État en position d'autorité, y compris les enseignants.

« Je ne suis pas en train de vous dire aujourd’hui que nous allons nécessairement rejeter tout, mais je tiens à réitérer les valeurs fondamentales qui guident notre parti », a expliqué M. Arcand.

« Je ne comprends pas encore pourquoi la CAQ considère que c’est une priorité au Québec actuellement. Pour moi, la priorité numéro un au Québec, c’est la pénurie de main-d’œuvre. Et je souhaite que le gouvernement travaille là-dessus plutôt que sur des éléments qui suscitent beaucoup plus la division qu’autre chose », a-t-il poursuivi.

De son côté, après sa déclaration, Alexandre Taillefer a précisé sa pensée sur Twitter. « Dans un contexte où la CAQ semble vouloir expédier une loi ostracisante sur la laïcité, à titre de militant, il m'apparaît essentiel de défendre vigoureusement les droits des minorités visibles et religieuses », a-t-il écrit.

Assermentation des nouveaux députés

Les 29 députés libéraux ont donc prêté serment lundi après-midi, à partir de 14 h, à l'Assemblée nationale.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) a fait élire 32 députés aux plus récentes élections générales, alors qu'il en comptait 68 à la dissolution de l'Assemblée nationale le 23 août dernier.

Le parti a cependant perdu trois députés depuis le scrutin, en raison de la démission de Philippe Couillard à titre de chef du PLQ et député de Roberval, de l'expulsion du caucus libéral du député de Chomedey, Guy Ouellette, et du recomptage dans Gaspé.

Ce sera au tour des 74 députés de la CAQ de prêter serment mardi. Les 10 députés de Québec solidaire et du Parti québécois feront respectivement de même mercredi et vendredi.

Par ailleurs, on connaîtra la composition du Conseil des ministres de François Legault jeudi.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique