•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq choses à savoir avant de voyager avec du cannabis

De nouveaux panneaux de signalisation installés à proximité des postes frontaliers entre le Canada et les États-Unis.

Les voyageurs qui quittent le Canada ou qui rentrent au pays avec du cannabis s'exposent à d'importantes sanctions, même si le cannabis sera légal le 17 octobre.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Alors que le Canada se prépare à entrer mercredi dans un monde nouveau où la vente de cannabis sera légale, les Canadiens doivent quand même se montrer prudents lorsque vient le moment de se déplacer à l'étranger.

Voici ce qui est important de savoir avant de traverser une frontière.

1. Légalisation

À compter du 17 octobre, les adultes au Canada pourront posséder jusqu'à 30 grammes de cannabis légal. Chaque province décide des règles entourant la vente et la culture de la plante. Le produit pourra être acheté auprès de détaillants autorisés, et certaines provinces autoriseront les particuliers à faire pousser des plants, sauf au Manitoba et au Québec, où les particuliers ne seront pas autorisés à le faire.

2. Emporter son cannabis avec soi?

Malgré la légalisation du cannabis, transporter de la marijuana au-delà des frontières, sous quelque forme que ce soit, est illégal et pourrait entraîner de lourdes sanctions pénales au pays et à l'étranger.

La situation est identique même si on voyage dans des endroits comme les Pays-Bas ou l'Uruguay, où le cannabis a été légalisé ou décriminalisé.

3. En route vers les États-Unis

De nombreux États américains autorisent l’utilisation à des fins médicinales ou récréatives de la marijuana. Cependant, la culture, la possession et la distribution de la drogue restent illégales en vertu de la loi fédérale sur les substances contrôlées.

Puisque la frontière relève de la juridiction fédérale, les douaniers peuvent interdire l’entrée sur le territoire à des personnes pour un certain nombre de raisons liées à la marijuana, notamment une condamnation pour crime ou un aveu d’usage sans condamnation. Les voyageurs pourraient aussi se voir refuser l’accès aux États-Unis si l'agent pense qu'ils se préparent à enfreindre la loi sur les substances contrôlées.

Il est préférable d’éviter les indices visuels révélateurs ou de faire des commentaires qui pourraient laisser croire qu'on a utilisé de la drogue.

Le gouvernement fédéral conseille aux Canadiens de ne pas mentir à la frontière. Si un voyageur n'aime pas les questions, il le droit de retirer sa demande d'entrée aux États-Unis.

4. Que se passe-t-il pour une personne travaillant dans l'industrie du cannabis?

Le service américain des douanes affirme qu'un citoyen canadien travaillant dans l'industrie du cannabis légal au Canada sera généralement autorisé à se rendre aux États-Unis pour des vacances ou pour affaires, sans lien avec le cannabis. Cependant, une personne cherchant à entrer pour des raisons liées à l'industrie du cannabis pourrait se voir refuser l'accès aux États-Unis.

5. Entrer au Canada

Le gouvernement avertit les voyageurs que le fait d’apporter du cannabis au Canada demeurera illégal, même s'ils quittent un pays qui a assoupli ses lois sur la consommation de la marijuana.

Les fonctionnaires de l'Agence des services frontaliers du Canada demanderont désormais aux visiteurs et aux Canadiens s'ils possèdent du cannabis.

Si un voyageur transporte du cannabis lors de son entrée au Canada, il devra le déclarer à l'agence frontalière. Sinon, il risque d’être arrêté et poursuivi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Drogues et stupéfiants