•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore trop de préjugés autour du don d’organes

Encore trop de préjugés autour du don d’organes

Une soixantaine de personnes ont gravi la montagne du sentier Eucher à La Baie afin de sensibiliser la population à l'importance du don d'organes. Une initiative provinciale de l'organisme Chaîne de vie visant à éliminer les tabous entourant le don d'organes.

L’organisme Chaîne de vie, qui offre des cours d’anglais aux jeunes, enseigne en parallèle l’importance du don d'organes. L’objectif est que les jeunes sensibilisent à leur tour les membres de leurs familles.

Pour Karina Prévost, double greffée pulmonaire, la population doit aboslument être mieux informée.

Ça a sauvé ma vie. Mon donneur a sauvé la vie de sept personnes.

Karine Prévost, greffée

Depuis sa greffe, elle s'implique dans la communauté en faisant la promotion du don d'organes. Elle s'est jointe à la soixantaine de marcheurs qui ont grimpé le sentier Eucher à La Baie.

Moi j'ai attendu 33 mois. Ça a été 33 mois de peine et de misère où on ne sait jamais si on va pouvoir survivre, et on compte sur la générosité des autres, ajoute-t-elle.

Dans la région, 41 organes prélevés ont permis de sauver 35 vies en 2017.

Des marcheursL'organisme Chaîne de vie souhaite sensibiliser les gens au don d'organes. Photo : Radio-Canada / Sarah Pedneault

Malgré une augmentation du nombre donneurs, certaines familles vont encore à l'encontre des dernières volontés des défunts, note le docteur Jean-Philippe Blondeau.

On a encore des familles qui refusent pour des raisons, souvent de manque d'éducation. C'est très rare que ce sont des raisons spirituelles ou religieuses ou tout ça et puis on est très respectueux là-dedans, mais on essaie quand même de sensibiliser le monde, parce que c'est un super beau geste, un très beau geste familial, puis personnel, en fin de vie, pour sauver des vies!

La sensibilisation : l'affaire de tous

Même les policiers du Service de police de Saguenay (SPS) ont un rôle à jouer.

On a une quinzaine de policiers bénévoles, quand il y a des dons d'organes en cours. Ils font du transport de matériel, d’équipes médicales, d'organes. Plus on va publiciser le don d'organes, plus on va avoir de donneurs, plus les familles vont être au courant, précise Steve Gilbert, capitaine au SPS.

Plus de 780 personnes étaient en attente d'un don d'organes en 2017 au Québec.

D'après le reportage de Sarah Pedneault

Saguenay–Lac-St-Jean

Mobilisation citoyenne