•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apprendre la langue des signes pour mieux se comprendre

Le reportage d’Anne-Louise Despatie

Depuis un certain temps, des aînés des résidences Saint-Eugène à Montréal apprennent la langue des signes québécoise (LSQ) pour mieux communiquer avec leurs voisins sourds.

Un reportage d’Anne-Louise Despatie

C’est Jacinthe Messier qui a fait la demande à la direction de la résidence de mener un cours pour apprendre la LSQ avec les résidents.

« Pourquoi ne pas l’apprendre avec eux et avoir du plaisir », lance l’animatrice en milieu de vie pour le Réseau des résidences en Harmonie, propriétaire de la résidence Saint-Eugène, dans l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie.

« C’est devenu beaucoup plus qu’une simple activité », ajoute-t-elle.

Deux femmes font des signes avec leur main pour les aînés suivant la formation pour apprendre le langage des signes québécois.Jacinthe Messier anime la formation pour les aînés. Photo : Radio-Canada

Pour Lise Bergeron, une résidente, cet apprentissage lui permet aussi d’exercer sa mémoire, des années après avoir quitté les bancs d’école.

« Ça fait longtemps qu'on a quitté l'école, donc on pratique et puis tiens, je m'en rappelle », explique la dame. « Ça fait travailler nos méninges! »

Jessie Paradis, la directrice de la résidence, ajoute que même des cadres ont appris quelques mots afin de mieux communiquer avec leurs résidents sourds.

Cette nouvelle initiative attire déjà l’attention : certaines personnes malentendantes ont demandé à être placées sur la liste d’attente afin d’obtenir une place dans cette résidence qui compte pour l’instant une dizaine de résidents sourds.

Société