•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plus vieux cimetière d'Halifax est passé au peigne fin par des archéologues

Le cimetière Old Burying Ground est le plus vieux d'Halifax.
Le cimetière Old Burying Ground est le plus vieux d'Halifax. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un mystère plane sur le plus vieux cimetière d'Halifax. Des milliers de personnes y seraient inhumées, mais seulement le dixième des sépultures sont identifiées par une pierre tombale.

Old Burying Ground est le plus vieux cimetière d'Halifax. Il a été ouvert la même année que la fondation de la ville, soit en 1749.

Des figures historiques y sont enterrées, comme Robert Ross, l'officier de l'armée britannique qui a ordonné de brûler la Maison-Blanche en 1812. Toutefois, contrairement à d'autres cimetières d'Halifax, aucun passager du Titanic n'y repose, car le cimetière a mis fin aux enterrements en 1844.

Les archéologues de l'Université Saint Mary's à Halifax s’intéressent à ce cimetière depuis un certain temps déjà. Ils estiment qu’environ 12 000 personnes y sont enterrées, mais seulement 1200 pierres tombales ont été recensées.

On ne sait pas où sont enterrés les autres corps. C’est pourquoi on nous a demandé de mener des travaux afin de les situer, explique Maxime Tardy, un étudiant en archéologie de l'Université Saint Mary's.

Les chercheurs ont cependant une contrainte : ils ne peuvent pas creuser.

On a des technologies qui nous permettent de détecter ce qu'il y a en dessous du sol, indique M. Tardy.

Un géoradar peut sonder jusqu'à 2 mètres de profondeur.Un géoradar peut sonder jusqu'à 2 mètres de profondeur. Photo : Radio-Canada

Les deux appareils les plus utilisés sont un géoradar et un détecteur magnétique. L’équipe pense découvrir, par exemple, des pierres tombales ensevelies.

Si c’est le cas, la fondation responsable du cimetière devra décider si elle accepte de les déterrer.

Pour l'instant il est hors de question de creuser le sol.

Avec les informations de Stéphanie Blanchet

Nouvelle-Écosse

Société