•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sept ans après le meurtre d’une enseignante de Spruce Grove, l’enquête se poursuit

Portrait tiré du signet funéraire d'une femme, photographiée en gros plan, devant des arbres.

Le cadavre de Jolene Cote a été retrouvé par son mari près de leur maison de Spruce Grove, en Alberta, le 13 octobre 2011.

Photo : Famille de Jolene Cote

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Sept ans après le meurtre de l'enseignante Jolene Cote (Nouvelle fenêtre), la police soutient que l'enquête se poursuit et reste prioritaire.

Le corps inanimé de l’enseignante de 36 ans avait été retrouvé par son mari à proximité de leur maison de Spruce Grove le 13 octobre 2011. La police avait alors conclu qu’il s’agissait d’un meurtre.

« Ce n’était pas un geste violent inconsidéré ni un crime interrompu, elle a été ciblée », explique l’agente Shelley Nasheim, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Toujours un mystère

Les événements du 13 octobre 2011 demeurent mystérieux. Les policiers n’ont, d’ailleurs, jamais dévoilé les causes de la mort de Jolene Cote.

La famille, comme la police, est encore la recherche d’information et elle espère que la cérémonie organisée samedi pour faire mémoire de la disparue capte l’attention du public et serve à l’enquête.

« Il y a sept ans, nous nous sommes réveillés au beau milieu de ce cauchemar interminable », raconte la soeur aînée de Jolene Cote, Rhonda Berg.

Les gens se souviennent

Une centaine de personnes se sont rassemblées samedi pour marcher de l’école Greystone Centennial, où Mme Cote travaillait, au parc du Jubilée de Spruce Grove.

« Il n’y a pas que la famille [de Mme Cote] qui a subi une grande perte, mais son école aussi… On a besoin de réponses », dit l’agente Shelley Nasheim.

La famille de Jolene Cote offre une récompense de 50 000 $ à quiconque donnera suffisamment d’information aux policiers pour conduire à l’arrestation du meurtrier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !