•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Timberlake au Centre Vidéotron : faire lever la fête avec classe

Justin Timberlake et ses musiciens
Justin Timberlake et ses musiciens Photo: Centre Vidéotron
Radio-Canada

Pour sa première visite dans la Vieille Capitale, Justin Timberlake a rassemblé plus de 15 000 fans venus constater qu'à 37 ans, l'artiste du Tennessee est en pleine possession de son art, réglé au quart de tour.

Un texte de Charles D'Amboise

Dans cette mégaproduction créée pour l'album Man of The Woods – son cinquième en solo –, chaque pièce est un tableau en soi. Le chanteur fait passer le public d'une ambiance suave et élégante au piano (Señorita) à une forêt enchantée (Man of the Woods, la pièce titre de l'album) ou encore un plancher de danse de club branché (Rock Your Body).

Tout au long du spectacle, les décors et la mise en scène plongent le public en plein bois : six arbres sont plantés autour de la longue passerelle qui traverse l'amphithéâtre, tandis que des scènes de forêt sont régulièrement projetées sur des rideaux diaphanes qui tombent du plafond. Justin sort même sa chemise carreautée pour respecter la thématique!

Si près du tiers des 21 morceaux sont tirés du dernier opus, force est de constater qu’elles font nettement moins lever la foule que de vieux succès comme Cry Me a River ou What Goes Around. Notons tout de même l’enthousiasme suscité par la pièce Say Something, interprétée de manière bien sentie par J.T.

Au micro, au piano ou à la guitare, Timberlake dégage sur scène une confiance aussi saine que débordante. Passée maître dans l'art du swag, la star américaine exécute ses chorégraphies tout en souplesse, entourée de ses six danseurs qui ne manquent pas de groove.

Justin Timberlake Justin Timberlake Photo : Centre Vidéotron

Sans trop s’imposer, le crooner laisse toute la place aux 13 membres du Tennessee Kids, les musiciens et choristes qui l’accompagnent – et lui permettent de reprendre son souffle – lors de sa tournée.

Le public, majoritairement composé d’adultes, s’est tenu debout pendant la majorité de la prestation de près de deux heures. « Québec ne plaisante pas » (« Quebec City does not play around! »), a-t-il lancé au public avant d’offrir une tournée de shooters à son équipe et lever son verre à la ville de Québec.

Autour du feu

Moment fort de la soirée lorsque Timberlake et sa bande ont interprété des succès de Lauren Hill (Ex-Factor) ou aux Beatles (Come Together) autour d’un véritable feu de camp. De quoi réchauffer les premières lueurs de l'hiver naissant.

Comme l’an dernier au Superbowl, la pièce finale, Can’t Stop The Feeling, a électrisé la foule qui dansait le poing en l’air. Le chanteur a finalement quitté la scène sans flafla en disparaissant dans un long faisceau lumineux blanc.

Musique

Arts