•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rachel Notley compare Jason Kenney aux militants anti-pipelines

Rachel Notley, derrière un lutrin, face à un micro.
La première ministre de l'Alberta a notamment livré un vibrant plaidoyer en faveur de la construction de pipelines à 200 enseignants réunis à Edmonton. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le chef du Parti conservateur uni (PCU), Jason Kenney, et les opposants aux pipelines ont plus en commun qu'ils le croient, soutient la première ministre Rachel Notley, soutenant que leurs idées respectives font reculer la lutte aux changements climatiques et nuisent à la prospérité de la province.

Lors d’une conférence donnée à 200 enseignants réunis à Edmonton samedi, la chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) albertain a prédit l’échec du PCU et des militants anti-pipelines tant en économie qu’en environnement parce qu’ils les « traitent [...] comme des réalités mutuellement exclusives ».

Selon elle, l’élimination d’emplois dans le domaine des ressources naturelles ne fera que ralentir la lutte aux changements climatiques.

Ironie politique

Se faisant ironique, la première ministre a lancé diverses comparaisons. « Peut-être qu’on peut bâtir une économie sur les copropriétés et les cafés à l’île Salt Spring [en Colombie-Britannique], mais pas à Edmonton », a-t-elle dit.

Ici, en Alberta, on monte des chevaux, pas des licornes. J’invite donc les opposants aux pipelines à s’appuyer sur quelque chose qui existe.

Rachel Notley, première ministre de l’Alberta

L’ombre de Trans Mountain

Les propos de Rachel Notley faisaient suite à un discours de 45 minutes donné par la militante environnementale Tzeporah Berman, l’une des chantres de l’opposition à l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain.

Cette dernière a notamment dénoncé l’impact du transport du pétrole sur la côte du Pacifique et les environs de Burnaby, en Colombie-Britannique.

La première ministre a quant à elle soutenu que la demande asiatique pour le pétrole canadien continuerait de croître, poursuivant du même souffle sa louange des pipelines, qu’elle affirme être un moyen d’exporter l’or noir beaucoup plus sûr que le train ou le camion.

Questionnée sur les propos de Rachel Notley, Tzeporah Berman a affirmé qu’il est absurde d’insinuer que la construction de pipelines peut aider à combattre les changements climatiques et a invité le gouvernement provincial à diversifier son économie.

Avec les informations de Michelle Bellefontaine

Alberta

Politique provinciale