•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les municipalités se plaignent des coûts reliés à la GRC

Une policière arrête un véhicule sur le bord de l'autoroute Transcanadienne
Les municipalités francophones du Nouveau-Brunswick se plaignent des coûts reliés à la GRC. Photo: Radio-Canada / Margaud Castadère
Radio-Canada

L'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) tient en fin de semaine à Balmoral son 29e congrès annuel. Plusieurs dossiers ont retenu l'attention jusqu'ici, dont celui du service de police.

Certaines municipalités se plaignent des augmentations de coûts et d'une diminution de services de la Gendarmerie royale du Canada.

Dans les dernières années, on a vu certainement de 5 % à 8 % d’augmentation et ça met une pression énorme sur les finances municipales, indique Frédérick Dion, directeur général de l’AFMNB.

Frédérick Dion, directeur général de l'AMFNB. Frédérick Dion, directeur général de l'AMFNB. Photo : Radio-Canada

Autre préoccupation, la présence des policiers sur les territoires desservit par la GRC : On s'attaque davantage aux crimes en amont et on est moins présent un peu sur le terrain. Donc les municipalités se posent des questions sur la présence policière justement dans leur municipalité.

Deux policiers de la GRC sont affectés au territoire de la Communauté de Haut-Madawaska, qui compte environ 4000 habitants. La facture annuelle est d’environ 600 000 $, mais le maire, Jean-Pierre Ouellet, a l'impression qu'il n'en a pas pour son argent : Les gens se plaignent qu'il y a de la vitesse sur les routes, des vols et qu'il y a peu de policiers visibles.

Les municipalités veulent leur propre corps policier

Les préoccupations sont tel qu'on pourrait bientôt mener une étude sur la faisabilité d'implanter un service de police régional pour le Madawaska-Victoria.

Dans la grande région Chaleur, une étude dont les résultats seront connus en novembre se penche présentement sur la possibilité de doter la région d’un seul corps policier.

Centre-ville de Bathurst, au Nouveau-Brunswick.Centre-ville de Bathurst, au Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada / François Vigneault

On est en train de regarder au niveau de la Commission des services régionaux quelles sont les possibilités qui s'offrent à nous pour avoir un service régional, indique Normand Doiron, maire de Pointe-Verte.

Des changements importants donc à l'horizon pour plusieurs municipalités francophones.

Le partage des revenus de la taxe sur la vente du cannabis et l'immigration francophone sont aussi au nombre des dossiers prioritaires de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick.

Avec les informations de François Vigneault

Nouveau-Brunswick

Prévention et sécurité