•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des candidats aux élections municipales à Ottawa publient la liste de leurs donateurs

Un homme portant des lunettes devant son bureau de campagne.
Clive Doucet, candidat à la mairie d'Ottawa Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le candidat à la mairie d'Ottawa Clive Doucet s'apprête à rendre publique la liste des personnes qui appuient financièrement sa campagne électorale. Il appelle le maire sortant à faire de même, mais Jim Watson ne compte pas changer sa façon de faire.

Pour M. Doucet, dévoiler sa liste de donateurs est une question de transparence. Chaque politicien devrait le faire, a-t-il jugé.

Le candidat souligne qu’elle ne compte aucun promoteur immobilier.

C’est une atteinte à la démocratie que les promoteurs aient autant d’influence dans cette ville. J’espère que ça va changer et que les communautés seront en contrôle, a-t-il indiqué.

Shawn Ménard, candidat au poste de conseiller dans le quartier Capitale, pense de la même manière.

Il est primordial de montrer aux gens qu'on recueille des dons qui proviennent des gens de la communauté et pas de promoteurs immobiliers, pour qu'il n'y ait pas d'influence une fois que je serai élu, a affirmé M. Ménard, qui a déjà communiqué ses propres chiffres.

Le maire sortant compte attendre en mars

Selon la Loi sur les élections municipales de l’Ontario, tous les candidats à la mairie doivent dévoiler les finances de leur campagne, mais pas avant le mois de mars, bien après la date du scrutin.

C’est ce que compte faire Jim Watson, qui brigue un quatrième mandat. Il n’a pas souhaité accorder d’entrevue à ce sujet.

Caroline Andrew en entrevue à la caméra de Radio-Canada sur le campus de l'Université d'Ottawa.La professeure au Centre d'études en gouvernance de l'Université d'Ottawa, Caroline Andrew. Photo : Radio-Canada

Les électeurs devraient toutefois avoir cette information avant de faire leur choix, croit Caroline Andrew, professeure associée au Centre d’études en gouvernance de l’Université d’Ottawa.

Souvent, les gens n’ont pas d’idée pour qui voter, les enjeux sont diffus, mais une solution est de savoir [le candidat] est financé par qui, a-t-elle expliqué.

La loi ontarienne limite à 1200 $ la contribution des citoyens qui veulent appuyer un candidat. Ces derniers peuvent, d’autre part, recueillir autant de dons qu’ils le souhaitent.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Ottawa-Gatineau

Politique municipale