•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Signalements importants de grands requins blancs en Nouvelle-Écosse

Un requin est tiré sur un ponton. Une perche est dans sa bouche.
Luna, un requin qui a été marqué par le groupe de recherche Ocearch. Photo: Ocearch / Twitter
Radio-Canada

Le groupe de recherche maritime Ocearch a conclu une opération de marquage électronique dans la région de la Nouvelle-Écosse cet automne. Il espérait identifier au moins un requin lors de l'expédition. Il aura finalement croisé 10 individus différents.

Historique. C’est avec ce mot que le chef de l'expédition, Chris Fischer, fait le bilan de son expédition visant à étudier les grands requins blancs dans les eaux de l’est du Canada.

C'était vraiment surprenant de venir ici et de voir autant d'animaux. [...] Je pense qu'il y a toute une vie de travail à faire ici.

Des balises satellites ont été posées sur six d'entre eux. Elles collectent différentes informations sur le comportement et les lieux visités par les animaux ainsi marqués.

Un gros requin est sur un ponton à même le niveau de l'eau. Un chercheur effectue quelques manipulations. Hal (diminutif d'Halifax) est un requin étudié par le groupe de recherche. Photo : Ocearch / Twitter

Le grand requin blanc est une espèce en voie de disparition au Canada atlantique.

Plages achalandées

Plus tôt en octobre, les activités de l'Ocearch près de Lunenburg ont soulevé des inquiétudes au sein de la population. On craignait que le fait d'appâter les requins près du rivage puisse modifier les habitudes des animaux et poser un risque pour les baigneurs.

Le ministère des Pêches et des Océans (MPO) avait finalement demandé à l’équipe de recherche de s'éloigner davantage des côtes.

Le MPO avait toutefois signalé que le simple fait d'appâter les requins ne les rendait pas nécessairement plus dangereux.

Le grand requin blanc est une espèce en voie de disparition au Canada.Le grand requin blanc est une espèce en voie de disparition au Canada. Photo : Andrew Brandy Casagrande/Discovery Channel/The Associated Press

Chris Fisher fait remarquer que, souvent, c’est justement sur les côtes que l’on observe les grands requins blancs puisque c’est là que l’on trouve les phoques, l’une de leurs proies favorites.

Les lions de l’océan

La santé globale de l'océan dépend des prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire, comme les grands requins blancs de l'Atlantique, souligne le chercheur.

Il les surnomme d’ailleurs, les gardiens de l'équilibre et lions de l'océan.

Les requins exercent un contrôle sur d'autres espèces, y compris celles sur lesquelles comptent les industries de la pêche, explique-t-il.

Selon lui, ce qu'il faut vraiment craindre, ce ne sont pas les animaux eux-mêmes, mais un monde sans eux.

Un autre requin repose sur le ponton. Il a un tuyau dans la gueule. Cabot est un autre requin qui a été marqué par l'équipe de recherche. Photo : Ocearch / Twitter

L'équipe d'Ocearch comprend 26 chercheurs de 19 universités et laboratoires américains et canadiens. Elle souhaite étudier le grand requin blanc pour mieux cerner ses habitudes et ses sites de reproduction afin de mieux protéger l’espèce.

Le groupe souhaite revenir étudier les requins en Nouvelle-Écosse en 2019.

Par hasard, un autre groupe de recherche menée par le MPO effectue lui aussi cet automne une expédition pour étudier le grand requin blanc dans les eaux canadiennes.

Il est parvenu à marquer électroniquement le premier requin de cette espèce en eaux canadiennes en septembre.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Faune marine