•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-ministre péquiste Élaine Zakaïb portée à son dernier repos

Élaine Zakaïb, bougeant les mains en parlant à l'Assemblée nationale.
Élue une première fois en 2012, Élaine Zakaïb a été réélue en 2014. Elle a quitté la politique six mois plus tard. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
La Presse canadienne

De nombreux proches, amis et ex-collègues ont rendu un dernier hommage émouvant à l'ex-ministre du Parti québécois Élaine Zakaïb, samedi après-midi, à l'église Saint-Pierre de Sorel-Tracy.

Élaine Zakaïb est décédée le 1er octobre, à l'âge de 59 ans, des suites d'un cancer du cerveau.

Élue députée de Richelieu en 2012, elle a fait partie du gouvernement de Pauline Marois, de 2012 à 2014, à titre de ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec, un organisme qui n'a finalement jamais vu le jour.

Parmi les gens présents aux obsèques, l'ex-première ministre a dit conserver le souvenir d'une ministre efficace et convaincante.

Selon Mme Marois, Élaine Zakaïb était une femme qui ne renonçait jamais et qui était prête à relever tous les défis.

Disant avoir beaucoup de peine, l'ex-première ministre a insisté sur la connaissance intrinsèque des PME et des régions du Québec qu'avait Mme Zakaïb.

« Racines profondes »

Selon le député fédéral du Bloc québécois Louis Plamondon, c'est l'offre de représenter la circonscription de Richelieu, dont Sorel fait partie, qui aurait convaincu Élaine Zakaïb de faire le saut en politique au cinquième appel de Pauline Marois.

« Elle avait des racines profondes ici, à Sorel, a souligné M. Plamondon, qui l'a suivie dans son porte-à-porte. À la fin de la campagne, elle portait un bandage parce que sa main était bleue à force de serrer des mains. »

Très ému, Bernard Drainville, un ex-collègue de Mme Zakaïb, tenait surtout à rendre hommage à une amie. « La politique, c'est dur pour l'amitié. Quand tu réussis à tisser une amitié en politique, il faut essayer de la conserver après coup. On est resté en contact jusqu'à la fin. Je l'ai accompagnée un petit peu... », a-t-il confié à sa sortie de l'église.

« Encourager les Québécois à se lancer en affaires et à prendre le risque pour créer des emplois chez nous et créer de la richesse, c'était sa grande cause », a ajouté l'animateur de radio.

Johanne Michaud a été l'adjointe de Mme Zakaïb durant son mandat de présidente-directrice générale des Fonds régionaux de solidarité FTQ de 2004 à 2012.

Elle a rappelé le leitmotiv de la gestionnaire: « FRL : flexible, rapide et simple, c'est ce que tu répétais. Et il faut que les bottines suivent les babines! », a raconté Mme Michaud au début de la cérémonie.

À la toute fin, la fille de la disparue, Émilie, a rendu hommage à « une mère exemplaire » qui a toujours fait passer ses enfants en premier.

Elle a décrit sa maman comme une femme de principe, d'action et généreuse qui « a passé près de la moitié de sa vie à aider les entreprises québécoises ».

Politique provinciale

Politique