•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les militants québécois du NPD réunis à Trois-Rivières

Le reportage de Claude Simard
Radio-Canada

Des militants du Nouveau Parti démocratique du Canada (NPD) sont réunis à l'hôtel Delta de Trois-Rivières en fin de semaine pour le congrès québécois de la formation politique. C'est l'occasion pour le parti, dont le tiers des députés sont élus au Québec, de se préparer à la prochaine élection fédérale.

Pendant deux jours, quelque 200 militants néo-démocrates vont débattre de résolutions à saveur nationaliste. Le parti propose entre autres de transférer les pouvoirs fédéraux en matière de culture au gouvernement du Québec.

Pour séduire les Québécois, le NPD soutient également que le français doit être une langue de travail dans les entreprises de juridiction fédérale.

On peut très bien travailler en anglais dans les banques, dans les aéroports et la loi 101 ne s'applique pas à ça. Nous, on veut le faire et on milite depuis longtemps pour le faire,martèle le chef parlementaire du NPD et député de Rimouski-Neigette Témiscouata-Les Basques, Guy Caron.

Cette rencontre se déroule huit mois après le congrès général du NPD où d'autres résolutions spécifiques pour le Québec avaient été adoptées, notamment celle en faveur d'une déclaration de revenus unique.

Des engagements verts

La question environnementale sera également au coeur des discussions selon le député de Trois-Rivières, Robert Aubin.

Le Québec a souvent une longueur d’avance en matière environnementale et c’est souvent le sujet qui résonne le plus, croit-il. On l’a vu lors de la dernière campagne provinciale. C’est en train de dépasser chez une bonne partie de l’électorat les questions de santé et d’éducation.

La coprésidente de la section Québec du NPD, Ève Péclet, indique que le parti souhaite proposer des projets pour amorcer la transition vers les énergies renouvelables.

C'est vraiment des gros projets de société, pour qu'on s'en aille vers une société qui se détache de sa dépendance au pétrole., souligne-t-elle.

Dans un discours devant les militants, le chef Jagmeet Singh s'est également engagé à investir dans les énergies vertes au Québec.

Élu à la tête du NPD il y a un peu plus d'un an, Jagmeet Singh doit encore se faire connaître des électeurs. Ève Péclet indique qu'il profitera de l'élection partielle dans la circonscription d'Outremont pour faire mousser sa popularité.

Jagmeet Singh ne siège toujours pas à la Chambre des communes. Il tentera de se faire élire lors de l’élection partielle dans la circonscription de Burnaby-Sud en Colombie-Britannique.

Mauricie et Centre du Québec

Politique fédérale